Migrants : De Calais à Saint-Amans-Soult et Lacaune

Terrible symbole : alors que le gouvernement se désintéresse de la ruralité et ferme des services publics en milieu rural, comme la trésorerie de Saint-Amans-Soult, il installe les migrants à la campagne : à Saint-Amans et à Lacaune. C’est le rasoir à deux lames pour ses habitants : le premier signe l’abandon par l’Etat de la ruralité, le second impose une coexistence dangereuse avec des hommes déracinés, originaires des régions du monde les plus éloignées de notre mode de vie. Resteront-ils ? On nous dit que non. Mais 95 % des déboutés du droit d’asile restent sur notre territoire ! Lors d’entretiens désormais célèbres avec deux journalistes(¹), François Hollande pense qu’ « il y a trop d’arrivées, trop d’immigration qui ne devraient pas être là. » Il ajoute que « l’Islam pose un problème en France. »

La générosité avec l’argent et la patience des autres est un hypocrite et vieux principe socialiste : l’année 2017 devra y mettre un terme, si l’on veut reconstituer les conditions de la paix sociale et de la sécurité des Français.

Bernard Carayon
Président des Républicains du Tarn
Maire de Lavaur
Conseiller régional d’Occitanie