Moustique tigre : le Sud Ouest en alerte rouge

Partager sur :

A quelques jours du lancement du Plan anti-dissémination d’arboviroses par la Direction générale de la Santé, Vigilance-Moustiques, 1er site d’information actualisée sur les moustiques en France, publie sa carte 2019 du moustique tigre.

Avec, cette année encore, 9 nouveaux départements en vigilance rouge, la colonisation de l’ensemble du territoire continue son accélération vers le nord. La région parisienne est notamment passée entièrement en vigilance rouge ou orange. Par ailleurs, il n’y a désormais plus de départements en simple veille sanitaire (couleur verte).

Tous les départements qui ne sont ni en vigilance orange, ni en vigilance rouge passent en vigilance jaune, ce qui signifie qu’ils sont en veille entomologique, et donc soumis au dispositif de surveillance correspondant.

En 2019, la carte montre que la progression du moustique tigre est toujours spectaculaire avec 9 nouveaux départements placés en vigilance rouge, soit 51 au total : Charente-Maritime, Côte-d’Or, Loire, Nièvre, Puy-de-Dôme, Paris, Seine-et-Marne, Essonne, Seine-Saint-Denis rejoignent ainsi les 42 départements dans lesquels le moustique tigre était déjà implanté et actif en 2018, à savoir Hauts de Seine, Aisne, Hautes Alpes, Hautes Pyrénées, Ariège, Lozère, Indre, Maine et Loire, Corrèze, Val-de-Marne, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vendée, Saône-et-Loire, Rhône, Ain, Isère, Savoie, Alpes hautes Provence, Var, Alpes Maritimes, Haute Corse, Corse du Sud, Drôme, Vaucluse, Bouches du Rhône, Ardèche, Gard, Hérault, Aveyron, Tarn, Aude, Pyrénées Orientales, Haute Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Dordogne, Lot-et-Garonne, Gers, Gironde, Landes, Pyrénées Atlantiques.

15 départements désormais en vigilance orange, c’est à dire que le moustique a été intercepté ponctuellement dans les 5 dernières années (méthodologie retenue par l’ECDC dans sa mission de suivi des espèces vectorielles invasives en Europe) : Charente, Deux-Sèvres, Indre-et-Loire, Loire-Atlantique, Loir-et-Cher, Cher, Allier, Haute-Loire, Haute-Savoie, Jura, Doubs, Yonne, Val-d’Oise, Oise, Yvelines.

30 départements en vigilance jaune : ces départements font l’objet d’une veille entomologique spécialement dédiée à la surveillance du moustique tigre, sans qu’aucun spécimen n’y ait été intercepté ponctuellement : Cantal, Creuse, Eure-et-Loire, Haute Vienne, Vienne, Loiret, Morbihan, Finistère, Côte d’Armor, Ille et Vilaine, Mayenne, Sarthe, Orne, Manche, Calvados, Eure, Seine Maritime, Somme, Nord, Pas de Calais, Ardennes, Marne, Haute-Marne, Aube, Meuse, Moselle, Territoire de Belfort, Haute-Saône, Vosges, Meurthe-et-Moselle.

En tout, ce sont 66 départements qui sont colonisés ou bien en passe de l’être, soit près de 70% du territoire. En effet, nous observons que l’essentiel des départements qui sont en vigilance orange passent tôt ou tard en vigilance rouge.

La saison du moustique déjà lancée dans 53 départements !

Après un hiver relativement doux et des vagues de chaleur précoces, dès février, la saison des moustiques a déjà débuté depuis quelques semaines, bien avant la date officielle du 1er mai et le lancement du Plan anti-dissémination d’arboviroses.

Ce fut d’ailleurs le cas en 2018, considérée comme une grosse année à moustiques, qui a vu sa saison démarrer très tôt et surtout se terminer très tard, des moustiques étant toujours présents à l’approche de Noël. 5 départements ont été particulièrement touchés : Haute-Garonne, Gironde, Bouches-du-Rhône, Tarn et Herault.

La saison des moustiques a démarré sur plus de la moitié du territoire (53 départements) : Le Nord, la façade Atlantique, le Sud-Ouest, le pourtour méditerranéen et le couloir Rhodanien jusqu’aux départements du Rhône et de l’Ain. Les régions épargnées sont surtout les régions montagneuses et le Grand Est.
Pour rappel, 3 facteurs déterminent la quantité de moustiques que l’on peut constater dans une région donnée :

  • 1. Un hiver doux, ce qui permet aux œufs pondus avant l’hiver de survivre jusqu’au printemps et pouvoir ainsi reprendre leur cycle d’évolution après les premières pluies et les premières chaleurs.
  • 2. Des pluies abondantes qui génèrent suffisamment d’eaux stagnantes pour que les œufs pondus puissent y vivre leur processus complet d’évolution jusqu’au stade de moustique adulte en passant par celui de larve.
  • 3. Une fois ces pluies tombées, il faut en moyenne 10 jours de chaleur suffisante (23°C le jour et 15°C la nuit) pour permettre aux œufs de moustiques de devenir larves puis moustiques adultes. Si les températures sont supérieures, le cycle se raccourcit. Si elles sont inférieures, le cycle s’allonge. Il faut une baisse franche et brutale des températures pour qu’il s’interrompre complètement.

Pour en savoir plus : https://vigilance-moustiques.com/

 

Tags: