Municipales à Castres – Echos de campagne : le vrai, le faux et l’à peu près

Savez-vous qu’un candidat a pu croire que Pascal Bugis et la Ville avaient donné à la quête des Frères musulmans. Heureusement, le quotidien La Croix a démenti en déclarant qu’il s’agissait non pas de la Ville de Castres mais celle d’Istres dans les Bouches-du-Rhône.

Une rumeur indique qu’un neveu de Jacques Limouzy se trouverait responsable du local de Campagne ambulant d’une liste municipale. En effet, il s’agit bien du neveu de sa femme. Mais si Jacques Limouzy a épousé la tante, il n’a pas épousé le neveu. Ce dernier fait donc ce qu’il veut mais il ne le représente en aucune façon.

On apprend aussi qu’une ancienne adjointe de Pascal Bugis paraîtrait sur une liste concurrente. Ce n’est qu’à moitié vraie, puisqu’elle s’est faîte connaître depuis comme une adversaire constante lors des dernières élections municipales en se présentant à chaque fois contre le Maire de Castres. Rien n’est changé puisqu’elle continue.

Philippe Folliot du haut de son promontoire de Saint-Pierre-de-Trivisy est à la fois le Député de la moitié d’Albi et de la moitié de Castres. S’il n’a pas plusieurs têtes comme l’Hydre de Lerne, il a plusieurs estomacs puisqu’il semble vouloir dévorer à la fois et la maire d’Albi et le maire de Castres. Ce travail d’Hercule est-il à son niveau ?

On annonce enfin qu’il n’y a pas de liste En Marche. Ce sont les intéressés qui le disent en ne marchant plus. Ce qui est vrai, c’est que l’on a trouvé aucun Castrais pour diriger cette liste. Le mouvement a donc envoyé à Castres un apparatchik pour la mener. C’est un praticien tout à fait estimable puisqu’il exerce au Centre hospitalier où l’on se demande avec inquiétude s’il ne va pas s’en aller.

Nous avons donc demandé à notre directeur politique, Jacques Limouzy, ce qu’il pensait de toutes ces allégations.

« Laissez-les dire, nous a-t-il dit, et surtout imitez ma discrétion ».

La Semaine