Municipales : le vertical et l’horizontal

Le Premier ministre a eu raison de demander au Président Macron de signer le décret de convocation des électeurs pour le second tour des municipales de 2020.

Cette nécessité a été contestée par certains, qui paraissent ne pas connaître la nature du second tour des municipales. Pour rafraîchir leur souvenir, disons que le second tour s’ouvre le dimanche soir après les résultats du 1er tour, et que tout se passe donc entre ce moment-là et le mardi suivant à 18h avec la clôture des dépôts de listes.

Dès lors, on connait les listes maintenues intégralement, les désistements, les fusions de liste, les retraits et les disparitions pour défaut de pourcentage.

On ne peut pas dire que ces 36 heures, devenues plusieurs semaines, n’ont pas été suffisantes pour établir les programmes de second tour. Les électeurs seront parfaitement informés et comme d’habitude, ils se prononceront sur les propositions qui leurs sont faites.

La situation à laquelle nous sommes parvenus n’était plus tolérable. Environ 30.000 communes avaient vu leurs municipalités renouvelées dès le premier tour, mais le pouvoir municipal avait été laissé à leurs prédécesseurs, qui n’étaient pas forcément les mêmes. Dans les 5.000 autres communes, se trouvent à peu près toutes les grandes villes comme Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux…

Ces élections auront donc lieu fin juin, dernière date possible. Elles vont enfin réaliser le contact nécessaire de la verticalité du pouvoir et de l’horizontalité des élus qui exécutent, adoptent et rendent comestibles les décisions nationales par leurs digestions locales.

Le rôle du Premier ministre semble avoir été salué par la sensibilité des sondages. Il est très probable que son élection, chez lui au Havre, rencontrera le succès qui nous parait mérité.

On le dit menacé. C’est peut-être possible car toute réussite d’un Premier ministre le met forcément en danger.

Que lui aura-t-il manqué sinon le fait que le poids politique de sa majorité parlementaire ne s’est jamais élevé au niveau de son effectif ?

Jacques Limouzy