Novembre 1979 : Le président Valéry Giscard d’Estaing donne à Mazamet le coup d’envoi du « Grand Sud-Ouest »

La salle du Palais des congrès durant le discours présidentiel (Photo Ministère de l'Intérieur)

Un jardin public occupé par les associations, les enfants des écoles, les clubs sportifs, une assistance nombreuse et enthousiaste, un palais des congrès trop petit pour accueillir les milliers d’élus et de socioprofessionnels, un grand discours du président de la République lançant le plan décennal pour le Grand Sud-Ouest, voilà ce qui a marqué ce 17 novembre 1979 la ville de Mazamet.

Après le président Doumergue, en 1930, le général de Gaulle en février 1960, Mazamet, centre mondial du délainage et « cœur de la Montagne Noire » accueille le 17 novembre 1979 l’actuel président de la République, M. Valéry Giscard d’Estaing. Cette venue à Mazamet du chef de l’État constitue évidemment, pour la cité tarnaise, un événement que le maire Michel Montlaur se devait d’évoquer au cours d’une conférence de presse, tenue dans son propre bureau de l’hôtel de ville.

M. Montlaur considère qu’en tant qu’élu, recevoir, avoir dans la ville, le chef de l’État, les ministres très nombreux, l’Administration centrale, constitue pour notre cité un intérêt certain, puisque permettant un contact direct avec l’Administration. Je crois devoir souligner que la population est contente parce que c’est tout de même pour Mazamet un projecteur braqué sur la ville, ce jour-là. Notre cité sera en vedette pendant au moins 24 heures ; que l’on en parle en bon ou en mal, l’essentiel, c’est que l’on en parle. Le discours que M. Valéry Giscard d’Estaing, prononcera samedi à Mazamet sera retransmis en direct, de 11 h 30 à 12 h 30, par TF1. (LMN, 15 novembre 1979)

M. le président de la République arrivera à 11 h 15 au parking de la Chevalière par hélicoptère s’il fait beau, par la route en cas de mauvais temps. De là, il se rendra au monument aux morts pour y déposer une gerbe. M. le maire l’accompagnera dans sa voiture de l’arrivée jusqu’au monument, suivront les quatre voitures du ministère de l’Intérieur, du Premier ministre, de MmeGiscard d’Estaing ; revue militaire au jardin public avec 480 parachutistes qui présenteront les armes. Accueilli par le général de la Ve région militaire, le président passera seul les troupes en revues, puis prendra ensuite contact avec la foule avant de gagner la salle des congrès pour y prononcer le discours sur le plan du Grand Sud-Ouest devant quelque 2 000 invités (par le canal de la présidence) déjà en place et 150 journalistes de la presse écrite, de la radio et des chaînes de télévision. (LMN, 15 novembre 1979)

Au cours du voyage effectué par le président de la République en Midi-Pyrénées, l’étape de Mazamet avait été organisée autour de l’annonce et de la diffusion du discours du plan « Grand Sud-Ouest ». C’était l’événement marquant de ce voyage, M. Valéry Giscard d’Estaing ayant invité lui-même les représentants et les personnalités des dix-huit départements concernés ainsi que les membres du gouvernement (dont le Premier ministre), tous présents et réunis dans la salle des congrès.

L’organisation des services de la présidence avait donc imposé la mise en place du dispositif de protection utilisé à Paris pour les grandes réceptions officielles données par le chef de l’État.

Avec ses contraintes et ses exigences, ce dispositif n’a pas facilité les accès vers la salle des congrès et a gêné bon nombre de Mazamétains dans leurs habitudes. La municipalité aurait souhaité qu’il en fût autrement. Le passage du chef de l’État à Mazamet laissera tout de même une image chaleureuse du président. À la fin de son discours, répondant à l’invitation du maire, M. Valéry Giscard d’Estaing, bousculant les barrières du protocole, fit modifier son programme officiel qui prévoyait son départ du stade vers 13 h 15. Il se rendit à la salle de Lapeyrouse où il vint goûter les produits du terroir et bavarder avec les hôteliers de la ville qui avaient dressé un buffet campagnard.

Ensuite vers 15 heures, avec son épouse et quelques ministres dont Jacques Limouzy, il se rendit comme un simple visiteur à la mairie de Mazamet au grand étonnement de tous les habitants du centre-ville. Il s’est entretenu pendant une demi-heure dans le bureau du maire avec les membres de la municipalité, emportant le dossier que lui a remis M. Montlaur. En se rendant ainsi à la mairie en dehors du cadre rigide de son voyage officiel et libéré de toute contrainte particulière, M. Valéry Giscard d’Estaing a voulu, par ce geste, honorer l’ensemble de la population de la commune.

Voici les trois objectifs principaux qu’a fixés le président de la République à la salle des congrès de Mazamet : valoriser les ressources naturelles énergétiques et agricoles, renforcer les bases de la nouvelle croissance et donner une forte impulsion à l’industrie régionale.

Trois objectifs qui, en plus des crédits mis en œuvre par le VIIIe Plan, engageront des dépenses supplémentaires de quinze milliards de francs dans les cinq ans à venir. Ainsi l’enveloppe pour les dix ans sera de trente milliards. C’est un effort sans précédent, que ce soit par l’ampleur des incitations financières, la durée de l’opération ou l’originalité de son élaboration. « Une chance pour le Sud-Ouest, une nécessité pour la France. » C’est ainsi que Valéry Giscard d’Estaing a résumé la philosophie de ce plan dont l’ambition était de faire de cette région « un modèle de la nouvelle croissance ».

Extrait : « La Montagne Noire raconte un siècle d’histoire à Mazamet » Editions Privat

Tags: