Pasqua à Mazamet pour défendre le «non» à l’Union européenne : «Ce texte, c’est ringard !»

Charles Pasqua sur le marché de Mazamet en mai 2005.

Alors Président du Rassemblement Pour la France (RPF), Charles Pasqua, était venu, en mai 2005, à Mazamet, défendre le Non au référendum (29 mai 2005) sur le traité établissant une constitution pour l’Europe.

Il avait notamment rencontré les militants tarnais et les habitants sur le marché de Mazamet. Avant de rejoindre Toulouse, l’ancien ministre avait répondu à la presse locale puis en direct chez nos confrères de radio 100 pour 100 aux questions des auditeurs.
pasqua radio

« Je suis venu ici à Mazamet car j’ai beaucoup d’amis fidèles, qui militent pour nos idées. Ils méritent un coup de chapeau. Et j’aime bien surtout aller dans la France profonde » avait souligné l’ancien ministre de l’intérieur qui n’avait rien changé de son franc-parler. « Mon sentiment profond, c’est que ce texte est ringard ! C’est un texte qui fait penser à la situation d’il y a 20 ans et qui en aucun cas ne peut contribuer à préparer l’avenir. Le problème est qu’actuellement nous avons une puissance : les Etats-Unis. Ils ont tout et décident de tout ! L’Europe des 25 pourrait être un véritable pôle d’équilibre par rapport aux Etats-Unis mais c’est impossible car parmi ces pays certains culturellement se considèrent comme Etats membres des Etats-Unis. C’est le cas de l’Angleterre, des pays de l’Est… Dans les 10 ou 15 ans qui viennent nous aurons l’émergence de la Chine, de l’Inde, … et par rapport à tout cela nous, nous allons compter pour du beurre ! Ce qu’il aurait fallu faire, c’est faire une grande Europe c’est-à-dire une Europe avec la Russie plutôt qu’avec la Turquie. Comment peut-on constituer une Union dans laquelle une partie des gens ont une monnaie commune et d’autres leur propre monnaie, avec des fiscalités et des politiques économiques différentes ? Comment voulez-vous que ça marche ! Tout ça c’est du pipeau ! » avait conclu Charles Pasqua.