Pierre Pinzelli, directeur du CHIC Castres-Mazamet, quitte l’établissement après « une très belle aventure professionnelle et humaine »

Pierre Pinzelli directeur du CHIC Castres-Mazamet et Pascal Bugis, Président du Conseil de surveillance

C’est mercredi 8 novembre dernier qu’avait lieu à l’Hôpital du Pays d’Autan, la cérémonie de départ de Pierre Pinzelli, directeur général du CHIC Castres-Mazamet, en présence notamment de Pascal Bugis, Président du Conseil de Surveillance, de Monique Cavalier, Directrice générale de l’Agence Régionale de Santé Occitanie et de nombreux élus et médecins. Lors de son discours, Pierre Pinzelli est revenu sur ces 5 années passées comme « une très belle aventure » au coeur de cet établissement.

Cinq ans, c’est long et c’est court à la fois… « Une tranche de vie emplie de moments forts, d’enthousiasme, de partage, de moments heureux, de moments plus difficiles quelquefois ». Pierre Pinzelli a pris beaucoup de plaisir à collaborer étroitement avec le corps médical et à partager une  même vision de l’avenir. « Diriger un établissement public de santé n’est pas anodin, nous laissons, je laisse dans chacun des établissements dans lesquels, j’ai exercé ma mission au service public, une petite part de moi… »

Il est ensuite revenu sur son arrivée en 2013 au sein de l’Hôpital du Pays d’Autan « Lors de mon arrivée en 2013, j’ai trouvé un très bel établissement, une indéniable réussite que nous devons à la longue chaine de ceux qui ont œuvrés pour permettre de doter ce territoire de ce très bel outil de soins. Pour autant, il fallait donner un nouvel élan à cet établissement, considérant qu’une structure neuve et performante est un point de départ et non un point d’arrivée… »

Il s’est également félicité de cette réussite collective qui a permis de « Mieux intégrer le CHIC Castres-Mazamet dans son écosystème, dans la ville, dans la vie du territoire et d’en faire un acteur, un partenaire naturel des personnels de santé libéraux, des collectivités territoriales, des établissements sociaux et médico-sociaux du bassin et des entreprises, même… »

Le CHIC Castres-Mazamet a investi sur du matériel de pointe comme notamment cette table à plateau carbone et mobile de radioscopie pour la chirurgie vasculaire ou encore ce salon dentaire, mais il a également réussi à renforcer la pluridisciplinarité des équipes médicales et paramédicales, afin de mieux répondre aux besoins de la population. « Je citerai sans être exhaustif, la rhumatologie, la dermatologie, l’ophtalmologie, la cancérologie, l’hématologie, la chirurgie urologique, l’ORL, la gériatrie, l’orthopédie, les soins palliatifs… En outre, l’établissement a obtenu de nouvelles autorisations et nous avons également ouvert des consultations avancées sur le Revélois. »

« Beaucoup a été fait, beaucoup est en projet, beaucoup reste à faire car oui, nous sommes  bien en présence sur notre territoire de besoins de santé non résolus pour sa population et de déplacements importants, dans notre jargon, « de fuites de territoires »  qui sont porteuses de complications pour les patients et de coûts évitables pour notre système de santé » Pierre Pinzelli, directeur général du CHIC Castres-Mazamet

« Une très belle aventure professionnelle et humaine… »

En abordant  le volet financier, il a précisé  tout en détaillant les différentes réalisations  « Qu’elles avaient été rendues possibles, tout en sauvegardant une santé budgétaire et financière que l’on peut qualifier de satisfaisante, faute d’être idéale et  que nous avons été créateur d’emplois… »,  tout en rajoutant « Beaucoup a été fait, beaucoup est en projet, beaucoup reste à faire car oui, nous sommes  bien en présence sur notre territoire de besoins de santé non résolus pour sa population et de déplacements importants, dans notre jargon, « de fuites de territoires »  qui sont porteuses de complications pour les patients et de coûts évitables pour notre système de santé ».

En ce qui concerne les regrets, Pierre Pinzelli est revenu sur le fait de n’avoir pas pu faire émerger sur le Tarn Sud, une offre de proximité en radiothérapie et en néphrologie… « J’espère que mon successeur parviendra,  là où je n’ai pas réussi… ».

Après avoir évoqué les grands enjeux de demain pour le CHIC Castres-Mazamet et avoir invité tous les différents acteurs  à s’adapter sans cesse, à s’interroger, à se restructurer, à se coordonner,  il a terminé son discours en évoquant sa destination prochaine « Je serai  ainsi le 1er décembre, le nouveau Directeur Général d’HSTV ( l’Hospitalité Saint Thomas de Villeneuve) qui regroupe 10 établissements sanitaires et médico-sociaux à but non lucratif, répartis en Bretagne et en Provence et dont le siège est à Lamballe. «

Enfin, il a tenu à remercier tous ceux qui l’ont côtoyé et soutenu, en abordant un volet plus autocritique : « Je sais avoir été exigeant, quelquefois tranchant, j’espère avoir été utile et aussi accompagnant par moment. J’ai comme tout manager, souvent douté en essayant de ne pas trop le montrer…le doute, le questionnement, l’interrogation étant à mon sens indispensables et indissociables de la décision. J’espère avoir réussi, le plus souvent possible, le pas de côté nécessaire à la clairvoyance » et de rajouter « Mais, j’ai trouvé ici, un alignement de planètes et une conjoncture favorable… Ce fut pour moi une très belle aventure professionnelle et humaine. »

En attendant la nomination de son successeur qui interviendra en avril 2018, un intérim sera assuré.

Article paru dans le Tarn Libre (Bernard Escudero)