Premier regard sur les Sénatoriales

Le Sénateur Philippe Bonnecarrère vient de faire paraître son rapport de mandat (2014-2020). Un rapport authentique et complet dans l’équilibre qu’il montre entre le territorial et le national pour une activité qui ne s’essouffle pas.

Aussi, faut-il en conclure qu’il demandera le renouvellement de son mandat. Un mandat qu’il a le plus grand intérêt à solliciter seul. C’est-à-dire sans faire équipe avec qui que ce soit à qui il servirait de faire-valoir, ce qui n’apparaîtrait pas sans risques.

Nous n’avons pas d’informations sur les autres candidatures qui se préparent mais qui ne manqueront pas d’apparaître à l’exemple de celle de Philippe Folliot qui, prenant le Sénat pour une maison de retraite, a décidé de s’y retirer.

Mais que Monsieur Folliot ait la volonté de prendre sa retraite au Sénat n’est pas sans conséquences immédiates dans les deux villes qu’il représente à l’Assemblée nationale, soit Albi et Castres, où il n’a cessé de créer des perturbations politiques lors des dernières élections municipales, quand il a tenté de provoquer l’échec de la Maire d’Albi et du Maire de Castres.

Il faut savoir qu’une élection de Monsieur Folliot au Sénat provoquerait des élections législatives dans la moitié de Castres et dans la moitié d’Albi.

Cette circonstance n’est préparée par personne, à l’exception de Monsieur Folliot dont l’imagination politique est sans bornes et qui a déjà son candidat.

Nous savons ce que peut faire Monsieur Folliot à l’Assemblée nationale. Il en fera encore moins au Sénat puisqu’il y prendra sa retraite et que nous aurons droit en fait d’activité à cette communication constante sur une existence délimitée de qualité supérieure qui fait souvent penser aux aventures de Bibi Fricotin.

Jacques Limouzy