Présidentielles : Les certitudes et les évidences

Quelle surprise pourrait-t-on attendre des élections présidentielles puisqu’elles vont se dérouler entre ce qui est certain et ce qui est évident ?

Il est certain que ces élections vont se situer à droite avec en cours de route leurs hésitations, leur échecs, leurs succès et en définitive leur résultat.

Il est quasi-certain que le Chef de l’Etat se présentera car le système binaire de la Vème République en fait le premier de son camp si affaibli qu’il apparaisse et ceux qui l’ont quitté sont des créneaux différents ou contradictoires qui finiront par soutenir sans joie un échec attendu.

Il n’est pas impossible qu’à gauche des victoires relatives illustrent une guerre perdue, citons à tout hasard Jean-Luc Mélenchon ; elles ne seront pas inutiles pour les législatives immédiates et pour la structure de l’opposition de gauche du lendemain.

Il est évident que les deux candidats qui dominent la Primaire de droite ne vont pas manquer d’être vêtus, l’un de Bonapartisme, l’autre d’Orléanisme.

Il est non moins évident que les élections législatives qui suivront, verront le Parti socialiste perdre des sièges sur sa droite mais aussi sur sa gauche au profit du Front national.

Quant à la macédoine de l’écologie politique, elle essayera comme d’habitude de peser plus que son poids.

Mais avant tout cela, on n’aura pas évité que le nom du futur Président ne soit connu depuis décembre lorsqu’il aura remporté la Primaire de la Droite.

Tout est possible bien sûr mais entre ce qui est certain et ce qui est évident, il reste peu de place pour l’aléatoire.

Jacques Limouzy