Prix Antigone : Jean-Jacques Greif en dédicace à la librairie Coulier

Partager sur :

En partenariat avec le collège Barral, Amandine Bettin de la librairie Coulier à Castres organise le prix Antigone autour du thème de l’écriture de soi (biographie, autobiographie, biofiction) et de la Seconde Guerre mondiale.

« Les élèves travaillent sur les livres avec leur professeur de français, Christine Danteny. Plusieurs livres ont été sélectionnés et donnés à lire à 56 élèves de 3ème. Nous ferrons une mise en avant de tous les livres à la librairie au mois de juin, période où le prix sera décerné » explique Amandine qui poursuit : « Nous avions accueilli Alain Grand au mois de mars pour son adaptation BD du roman de Marc Levy, Les Enfants de la liberté. Nous accueillerons ce mercredi 20 mai Jean-Jacques Greif pour son roman « Mes enfants c’est la guerre » aux éditions Ecole des loisirs. »

L’auteur viendra à la rencontre des collégiens ce mercredi 20 mai en matinée à Barral. L’après-midi, à partir de 14h, Jean-Jacques Greif viendra dédicacer son ouvrage à la librairie. Rendez-vous ensuite en juin pour la remise du Prix Antigone.

« Mes enfants c’est la guerre » : Ce roman est un témoignage des années de guerre, raconté par un petit garçon juif, Jacob (renommé Jacquot par la directrice de la colonie). Son récit est destiné à ses parents (qu’il retrouvera à la fin de la guerre). « Nous trouvons Madame Christiane en train de faire cuire de la viande dans une grande casserole. Bizarre : ce n’est pas le jour du cuisseau de veau. – Qu’est-ce que c’est comme viande, Madame Christiane ? – J’ai pensé que nous n’avions pas besoin de chiens ici, donc j’ai chassé la mère et j’ai pris ses chiots. – Vous nous racontez des blagues. On ne peut pas manger du chien. – Bien sûr que si. Les Chinois en mangent, alors pourquoi pas nous? – Ben moi je suis pas chinois. J’en mange pas. – Moi non plus. Personne n’en veut, alors Madame Christiane mange les quatre chiots. – C’est excellent, dit-elle. Ça me rappelle les cuisses de grenouille. » Madame Christiane sauve des enfants. Elle tient tête aux Allemands et cache des évadés. Elle fait le docteur, parce qu’elle est infirmière. Elle fabrique de faux camemberts et du vrai dentifrice. Elle veut élever des souris pour les laboratoires. Elle aime les douches froides. Elle chante « Vent frais vent du matin ». Elle joue de l’harmonium. Elle connaît les champignons. Elle mange du chien. Les petits l’appellent Madame Christiane. Elle a vraiment existé. »