Recyclage

D’après le dictionnaire, le recyclage est un procédé de traitement de produits arrivés en fin de vie, qui permet de les réintroduire dans la production de nouveaux produits. Il représente une des activités économiques de la société de consommation. Ainsi, en particulier depuis les années 1970,  le recyclage est-il une activité importante de l’économie et des conditions de vie en pays développés, la matière recyclée étant utilisée à la place de celle qu’on aurait dû extraire. Et, pour le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, je pense même qu’il faut encore remonter au-delà de cette date.

Si le recyclage des hommes politiques est une tradition ancienne, elle ne perd pas de sa vigueur dans notre République, servant toujours à assurer quelques postes à pourvoir pour de très importants dignitaires et amis en les remerciant ainsi pour services rendus à l’Etat. La technocratie ne laisse jamais en panne l’un des siens. En ces temps de disette, les voies de garage qui nous coûtent cher sont multiples, les plus prestigieuses étant le Conseil Constitutionnel, le Conseil d’Etat ou la Cour des comptes. Mais il serait très long de faire une liste exhaustive de toutes ces prébendes, fonctions de Conseillers d’Etat en service extraordinaire, d’Inspecteurs généraux, de Préfets hors cadre voire d’ambassadeurs (nous eûmes même récemment une « Ambassadrice des Pôles) et de diplomates fantômes, etc. dont la nomination est le fait du prince. Il y a aussi le Conseil Economique, Social et Environnemental dont la fonction de rédiger des rapports n’est pas très utile, mais qui est le marché idéal pour « distribuer un poste aux copains » comme le résume Jean-Luc Touly, auteur des « Recasés de la République » (First).

C’est la nouvelle de ce week-end de Pentecôte : Pierre Moscovici va être nommé Président de la Cour des Comptes, cette institution pas tout à fait inutile, mais absolument saugrenue tant ses travaux demeurent régulièrement au fond des tiroirs dès le lendemain de leur publication. Car la Cour des comptes rédige des ordonnances, mais le malade refuse de se soigner. Je ne vais pas m’attarder à déplorer le manque de considération pour une structure dont nul ne tient compte.

Il pensait aller au Conseil Constitutionnel auprès de Laurent Fabius – autre recyclé -, pour remplacer Lionel Jospin en fin de mandat, mais il s’est fait devancer par Alain Juppé avec qui il partage la calvitie et une haute opinion de sa personne. Alors, comme d’habitude avec Emmanuel Macron, un coup de barre à droite et un coup de barre à gauche (« en même temps »), mais toujours avec des gens mondialistes, libertaires, progressistes et multiculturalistes comme ce vieil ami d’Alain Krivine. Le monde de demain ne sera pas comme celui d’hier, avait dit le Président. On prend les mêmes, on les recycle et on recommence…

A la Cour des comptes, Pierre Moscovici aura son moment de gloire chaque année en critiquant vertement ses successeurs à Bercy, dispensant ses leçons, fort de son expérience au Ministère de l’Economie. « J’ai une expérience à faire valoir », affirmait-il à ses amis du PS. Certes, Ministre de l’Economie sous François Hollande, il vit les prélèvements fiscaux obligatoires augmenter en deux ans de 43, 9% à 44, 8% du PIB ! De quoi douter de ses capacités à donner des leçons de rigueur budgétaire. Exfiltré par François Hollande vers l’Europe pour s’en débarrasser et sitôt désigné Commissaire européen, il s’était empressé de déclarer que les réformes conduites en France étaient insuffisantes. Ce qui lui avait valu en réponse un tweet ironique en 2015 : « On attend maintenant l’avis de Dominique Strauss-Kahn sur le concept de chasteté avant le mariage ! »

Ce nouveau guide spirituel des comptes de l’Etat peut apparaître comme un homme rassurant. Et il suit le sort d’autres personnalités que nous avons évoquées plus haut. Mais n’y aurait-il pas quelque chose de prémonitoire dans cette destinée, lorsqu’on connaît la légende du Phénix qui renaît de ses cendres, qu’au titre de ses distinctions honorifiques, outre la Légion d’Honneur et autre ordres, Pierre Moscovici soit titulaire de la Grand-Croix de l’ordre du Phénix de Grèce ?

Pierre Nespoulous