Regards de Chine

Pas facile d’être cinéaste en Chine ! Même si la censure s’est légèrement desserrée depuis 2005, l’interdiction de sortie sous divers prétextes existe toujours. Zhang Yimou, malgré sa notoriété internationale, s’est vu bloquer la présentation de son dernier film au festival de Berlin 2019, et depuis plus de nouvelles. Et pourtant, à l’intérieur d’une production en constante progression quel foisonnement créatif !

La programmation de CGR et celle des Cinglés du Cinéma sont indépendantes l’une de l’autre. Mais du 5 au 18 février les deux programmations se coordonnent et s’associent exceptionnellement pour offrir aux cinéphiles castrais trois films chinois d’art et essai sous un même titre « Regards de Chine »

Dans la semaine du 5 au 11 février les Cinglés du Cinéma proposent à leurs horaires habituels, Vivre et Chanter de Johnny Ma. Le réalisateur retrace la vie d’une petite troupe d’opéra traditionnel du Sichuan qui vit et joue dans la banlieue de Chengdu, mais dont le théâtre est menacé de démolition. Son film, d’une grande subtilité est touchant, mélancolique et très humain.
Dans la semaine suivante, du 12 au 18 février Le LIDO programme deux autres films chinois : Le lac aux Oies Sauvages, un nouveau thriller à la fois violent et romantique, du réalisateur Diao Yinan, déjà remarqué en 2014 pour son film Black Coal ; Le cinéaste revisite avec virtuosité les figures du film noir des années 50 ; un homme en fuite, une femme fatale, dans une mise en scène stylisée, superbe.

Séjour dans les monts Fuchun a été réalisé par un tout jeune cinéaste de 30 ans, Gu Xiaogang. Dans une ville en pleine mutation, le destin d’une famille s’écoule au rythme de la nature, du cycle des saisons et de la vie du fleuve. C’est très simple et pourtant majestueux et bouleversant.

Trois films, trois regards qui aident à mieux comprendre les bouleversements de la Chine actuelle.