SDIS du Tarn : une rencontre constructive

En grève depuis plusieurs semaines, les sapeurs-pompiers professionnels dénoncent un manque de moyens et d’effectifs. Le 2 décembre dernier, Christophe Ramond, Président du Conseil départemental et Michel Benoit, Président du SDIS ont reçu les représentants syndicaux du SDIS du Tarn (Service Départemental d’Incendie et de Secours).

Ce rendez-vous a été l’occasion d’échanger sur leurs revendications, poser les bases d’un dialogue constructif dans un contexte budgétaire contraint pour les collectivités territoriales.

Renouvelant toute leur reconnaissance pour l’engagement des sapeurs-pompiers, les Présidents ont exprimé leur attachement aux conditions de sécurité dans lesquelles ces femmes et ces hommes accomplissent leurs missions.

Depuis 2001, le Département participe au financement du fonctionnement et des équipements matériels et immobiliers du Service Départemental d’Incendie et de Secours. L’effort financier est en constante évolution.

En 2019, le Conseil départemental a alloué 13,8 millions d’euros au SDIS. Il a conclu une nouvelle convention pour la période 2019 à 2022, cela représente pour le Département un engagement supplémentaire cumulé de 3 millions d’euros.

De plus, le Département participe au financement de nouvelles casernes.

Il a ainsi permis la rénovation de 12 centres de secours (Alban, Albi, Carmaux, Cordes, Gaillac, Graulhet, Labastide, Labruguière, Lacaune, Lisle-sur-Tarn, Réalmont, Puylaurens) et de moyens matériels supplémentaires comme la livraison de 25 camions début 2020.

Le Président du Département a rappelé qu’il a toujours eu la volonté d’améliorer la réponse opérationnelle et de maintenir un maillage territorial au plus près des citoyens.

Les conditions de travail des agents du SDIS sont également une préoccupation.

Aucun poste n’a été supprimé et tous les départs de sapeurs-pompiers ont été remplacés.

Tout en rappelant qu’il partageait certaines des revendications des pompiers, Christophe Ramond a indiqué qu’en matière de participation financière, il appartenait à chacun de prendre ses responsabilités.

« Aujourd’hui, le SDIS ne peut plus se permettre de payer pour les autres, et notamment pour le compte de l’Etat. Ainsi des interventions des sapeurs-pompiers demandées par le SAMU pour des situations non-urgentes devraient être prises en charge financièrement par le Ministère de la Santé », a expliqué Christophe Ramond qui entend interpeller l’Etat sur cette problématique.

Néanmoins, soucieux d’être à l’écoute des agents du SDIS, Michel Benoit et Christophe Ramond ont proposé des moyens supplémentaires pour nos sapeurs-pompiers tarnais: la création de 18 postes qui correspond aux engagements pris auprès des organisations syndicales, ce qui représente une augmentation de 7% des effectifs. Ils ont également rappelé qu’il doit y avoir une juste répartition entre sapeurs-pompiers volontaires et professionnels.

Un nouveau régime de travail va aussi être mis en place, il prend en compte la pénibilité. Notre Département sera ainsi l’un des premiers à appliquer la prise en compte des gardes à « l’heure pour heure ».

Des efforts financiers ont été faits, une main a été tendue.

Les Présidents, Christophe Ramond et Michel Benoit espèrent qu’elle sera saisie, dans l’intérêt du service public et des Tarnais.