Tarn : 2019 s’annonce comme une année noire pour la Sécurité routière

Partager sur :

Le week-end de la Toussaint, les forces de gendarmerie sont restées particulièrement vigilantes Photo DR

Dans le Tarn, ce sont des chiffres noirs pour la sécurité routière. Après deux années stables en 2014 et 2015, l’accidentalité tarnaise a observé en 2016 des chiffres bas. En 2017, les accidents et les victimes ont augmenté légèrement. 2018 a confirmé la tendance à la hausse de l’accidentalité tarnaise avec une nette augmentation des accidents et des blessés. La mortalité routière 2018 est en augmentation franchissant à nouveau la barre des 30 tués par an.

Les dix premiers mois de l’année 2019 ont encore accentué cette tendance avec une augmentation des accidents, une courbe de la mortalité qui ne décroît pas et une forte hausse du nombre de blessés. 

Les enjeux

Selon les conclusions de l’étude de l’accidentalité tarnaise menée sur la période 2012 – 2016 pour la réactualisation du Document Général d’Orientation (DGO) pour la période 2018-2022, les usagers les plus impliqués dans les accidents sont :

  • les automobilistes dans 86 % des accidents,
  • les motocyclistes dans 16 % des accidents,
  • les piétons dans 14 % des accidents,
  • les cyclomotoristes dans 12% des accidents,
  • les 30 – 44 ans avec 20% des victimes alors qu’ils ne représentent que 17 % de la population tarnaise,
  • les seniors de plus de 65 ans qui représentent 24 % de la population tarnaise, avec 19 % des victimes,
  • les 45 – 59 ans qui représentent 20 % des Tarnais, avec 18 % des victimes,
  • chez les jeunes de moins de 29 ans, les 18 – 24 ans avec 15 % des victimes et 7% de la population suivi par les 14 – 17 ans avec 8 % des victimes des accidents et 7 % de la population tarnaise.

La vitesse excessive, la conduite sous emprise alcoolique et les refus de priorité représentent les trois principales causes observées dans les accidents mortels entre 2012 et 2016.

La conduite sous l’emprise de stupéfiants représente sur la période 2012 – 2016 la cause de 12 % des accidents mortels.

En croisant le type de causes et l’âge des présumés responsables des accidents sur la période 2012 – 2016, la répartition des principales causes s’effectue comme suit :

  • chez les jeunes entre 18 et 24 ans présumés responsables : la vitesse, l’alcool et les stupéfiants ;
  • chez les jeunes entre 25 et 29 ans présumés responsables : l’alcool et la vitesse ;
  • chez les personnes entre 30 et 45 ans présumés responsables, qui représentent la tranche d’âge la plus impliquée dans les accidents de la circulation : la vitesse, l’alcool et les stupéfiants ;
  • chez les seniors de plus de 65 ans présumés responsables : les refus de priorité.

Cinq grands enjeux de sécurité routière ont été retenus pour le département du Tarn dans le Document Général d’Orientation (DGO) 2018-2022 :

  • le risque routier professionnel,
  • les jeunes entre 14 et 29 ans,
  • les seniors de plus de 65 ans,
  • la conduite après usage de substances psychoactives (alcool, stupéfiants),
  • les deux roues motorisés (2RM).

Ces axes prioritaires sont déclinés dans le Plan Départemental d’Actions Sécurité Routière (PDASR).

La situation actuelle de occidentalisée tarnaise en 2019

Par rapport à l’année 2018, 2019 a observé une nette augmentation du nombre d’accidents et de blessés. La mortalité routière 2019 est également en augmentation avec 6 tués de plus que l’année précédente à la même période.

Le bilan provisoire 2019 fait apparaître :

  • une hausse des accidents d’environ 56 % et du nombre de blessés d’environ 61 % ;
  • une augmentation de la mortalité d’environ 24 % ;
  • une augmentation un peu moins marquée du nombre de blessés hospitalisés d’environ 15 %.

Par rapport à 2018, on notera une recrudescence de la mortalité routière touchant la population des motocyclistes (5 décès sur les dix premiers mois 2019 contre 3 pour l’année complète 2018).

Les automobilistes, catégorie d’usagers la plus présente dans les accidents mortels, sont impactés par 22 décès sur les dix premiers mois 2019 contre 21 pour l’année complète 2018. Les comparatifs sur les autres catégories ne sont pas pertinents, les chiffres 2019 étant susceptibles d’évoluer à la hausse et d’inverser les tendances schématisées ci-dessus .

Principales causes (*) observées dans les accidents mortels en 2019

(*) plusieurs causes peuvent être à l’origine d’un même accident. Les pourcentages sont calculés sur l’ensemble des causes identifiées.

Parmi les trois principales causes identifiées dans les accidents mortels dans le Tarn, on trouve principalement :

  • l’inattention,
  • la vitesse excessive,
  • conduite sous l’emprise de l’alcool,

Analyse synthétique des accidents mortels 2019 :

Parmi les 31 tués comptabilisés au 27 octobre 2019, 22 sont des usagers d’automobiles (1 passager faisant partie des victimes), 5 pilotes moto, 2 cyclistes et 2 piétons.

  • Le piéton qui traversait la rue à Soual a été percuté par un camion. Il avait 92 ans. Une vitesse excessive semble être la cause privilégiée (accident du 02/07/2019).
  • Le deuxième piéton a été renversé en traversant la rue de Laden à Castres. Polytraumatisée, elle est transportée à l’hôpital dans un état grave (pronostic vital engagé) puis décédera quelques jours plus tard.
  • Le premier cycliste, âgé de 36 ans, circulait sur la rocade d’Albi (RN88) lorsqu’un premier véhicule le percute et s’enfuit alors qu’un deuxième véhicule ne peut l’éviter et le percute à nouveau (accident du 08/03/2019).
  • Le deuxième cycliste a été percuté par un véhicule alors qu’il traversait la route nationale 126. Il était âgé de 71 ans. L’inattention pourrait être la cause de l’accident (accident du 09/04/2019).
  • Le premier usager moto, âgé de 60 ans, est entré en collision avec un tracteur équipé d’une remorque venant en sens inverse et tournant à gauche pour s’engager vers sa propriété (accident du 31/05/2019).
  • Le deuxième usager moto circulait sur la route nationale 88 à Albi, a perdu le contrôle de son véhicule et chute au sol. Il sera héliporté à Purpan mais il décédera de ses blessures. Il était âgé de 34 ans. Un défaut de maîtrise du véhicule accompagné d’une consommation d’alcool et de stupéfiants sont la cause de l’accident (accident du 03/07/2019).
  • Le troisième usager moto, âgé de 30 ans, circulait sur une route départementale (RD4) lorsqu’il perd le contrôle de son véhicule sur la chaussée rendue glissante par par la pluie. Il percute une tête de buse en béton située dans le fossé (accident du 27/07/2019).
  • Le quatrième usager moto effectuait un dépassement par la droite d’un véhicule qui s’apprêtait à tourner à gauche. Dans cette manœuvre, aucune collision n’est constatée mais le motard de 57 ans chute et il est retrouvé inanimé au milieu de la chaussée. La vitesse excessive semble être la cause la plus probable de l’accident (accident du 26/08/2019).
  • Le cinquième usager moto aborde un virage, perd le contrôle de son véhicule et percute de plein fouet un parapet en béton. Il était âgé de 26 ans.
  • Les 22 automobilistes étaient âgés de 18, 84, 26, 25, 75, 32, 32, 63, 18, 44, 84, 77, 55, 77, 74, 87, 63, 60, 65, 21, 52 et 23 ans. La perte de contrôle du conducteur sans autre véhicule impliqué, a été à l’origine de 11 accidents mortels. Les chocs frontaux sont à l’origine de 5 accidents mortels alors que 2 accidents sont dus au un choc par l’arrière suivi d’un sur-accident avec des véhicules suiveurs. La chute d’un arbre lors d’un épisode venteux a été à l’origine d’un accident mortel.

Le plan départemental d’actions de sécurité routière (PDASR) regroupe, sous l’autorité du Préfet, l’ensemble des moyens et dispositifs de lutte contre l’insécurité routière au niveau départemental.

Le PDASR est élaboré de façon annuelle, dans le cadre de la politique locale de sécurité routière, portée par le directeur de cabinet, chef de projet sécurité routière, et animée par le coordinateur départemental de sécurité routière.

Chaque année, une analyse comparative de l’accidentologie est réalisée par rapport à l’année précédente, pour affiner la pertinence des enjeux du DGO et actualiser le plan départemental d’actions de sécurité routière (PDASR).

Les actions de prévention inscrites annuellement dans le PDASR sont orientées prioritairement selon les enjeux ciblés dans le DGO.

Les acteurs du PDASR :

  • les services déconcentrés de l’État,
  • les forces de l’ordre,
  • l’éducation nationale,
  • le service départemental d’incendie et de secours,
  • les collectivités territoriales,
  • les gestionnaires de voirie,
  • les associations,
  • les intervenants départementaux de sécurité routière,
  • les chargés de mission deux-roues motorisés.

Les dispositifs opérationnels :

  • les actions de prévention portées :

– par le secteur associatif, le département du Tarn et les collectivités territoriales, l’Éducation nationale et  les autres ministères, les forces de l’ordre, les chargés de mission deux-roues motorisés…

– par le directeur de cabinet, chef de projet sécurité routière, et le coordinateur : rencontres de la sécurité, campagnes d’information, actions de communication et de prévention…

– par les intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR) dans le cadre du programme  «AGIR pour la sécurité routière»,

– par les jeunes entre 14 et 28 ans dans le cadre du programme « LABEL VIE ».

  • les analyses de la cellule de veille technique sur les accidents mortels,
  • les contrôles routiers (plan départemental de contrôles routiers),
  • les radars pédagogiques.

Actions sur la prévention des vitesses en 2018  :

  • Le bureau sécurité routière possède quatre dispositifs appelés « Panneaux Indicateurs de Vitesse » (PIV), qu’il met à disposition des collectivités territoriales qui le souhaitent. Ils permettent de sensibiliser les usagers sur la vitesse à laquelle ils circulent.
  • En 2018, 11 sites ont été équipés, pour une durée allant de deux semaines à un mois en moyenne, sur des voies communales et des routes départementales essentiellement dans des secteurs limités à 50 km/h et 70 km/h.

Actions de sécurité routière en 2019  :

 Pour mener l’ensemble de ces actions, la préfecture du Tarn dispose pour l’année 2019 d’une dotation budgétaire de :

  • 72 554 euros sur le PDASR,
  • 1 000 euros pour l’observatoire départemental de la sécurité routière.

Actions marquantes de l’année 2019 :

Tour de France 15, 16 et 17 juillet

Lors du passage de l’étape à Albi, la coordination SR, en collaboration avec la Délégation de  la Sécurité Routière, a monté un stand Sécurité Routière dans le village du Tour de France pendant 3 jours. Cette action a permis de sensibiliser les milliers de visiteurs, de tout âge, sur le risque routier et sur le partage de la route.

Rallye moto du 29 septembre

La coordination SR et son chargé de mission 2 roues motorisés ont organisé, avec l’aide des Intervenants Départementaux de Sécurité Routière (IDSR), un rallye moto dans le sud du département, entre Castres et Lacaune. L’objectif était de sensibiliser les conducteurs de deux roues au risque routier et à la prise de la bonne trajectoire. Des ateliers de maniabilité, d’accompagnement et des stands de sensibilisation étaient répartis sur le parcours. Cette journée faisait écho à la campagne nationale lancée par la DSR à ce sujet. 60 personnes ont été sensibilisées lors de cette journée.

Rencontres de la sécurité du 9 au 12 septembre

Dans le cadre des rencontres de la sécurité, la Préfecture-DDT et leurs partenaires ont organisé le 10 octobre un village Sécurité sur la place du Vigan.

Un parcours dans les 21 stands était pré-établi pour chaque classe. Cela a permis à plus de 500 élèves issus de 13 classes primaires et 10 classes de collèges et lycée, d’être sensibilisés à la sécurité, aux secours et à la prévention.

Tout au long de la semaine, d’autres actions ont été menées sur différents sites du département :

  • Sensibilisation des conduites à risques (alcoolémie) au lycée Fonlabour : matinée de sensibilisation de 4 classes de terminale et BTS sur les risques liés à la conduite sous l’emprise de l’alcool au volant. Au total, 110 élèves-étudiants ont été sensibilisés lors ce cette matinée ;
  • Contrôles alternatifs sur les dispositifs de retenue ;
  • Contrôles alternatifs sur pour infraction à la vitesse, téléphone et ceinture de sécurité ;
  • Gestes qui sauvent dans les centres d’Incendies et de Secours du département ;
  • Stage de remise à niveau et conduite automobile pour les seniors :
  • Permis piéton à destination des élèves de l’école primaire Saint-Juéry ;
  • Action du Policier Formateur Anti-Drogue à l’école des Mines et au lycée Toulouse-Lautrec ;
  • Journée Sécurité Routière au lycée Anne Veaute de Castres.