Sur un homme qui en fait trop

Où est-il ? Ici, ailleurs, partout et nulle part.

Que fait-il ? Il remplace les autres.

Qui sont les autres ? Ceux qui sont trop occupés, trop aveugles ou trop indolents.

Qui est-ce ? C’est Monsieur Marc Gauché et les nombreuses activités qu’il exerce en droit ou en fait dans ce département et dont la plus visible est celle d’être actuellement l’attaché parlementaire de Madame Linda Gourjade, Députée du Tarn.

Homme à tout faire du Département, il ne répugne pas sa retraite acquise d’en rester un collaborateur attentif.

Il en est ainsi pour le développement du numérique dans le Tarn qu’il prétend contrôler d’une manière occulte et dictatoriale.

Il s’est principalement révélé grâce à la société E-Tera qu’il dirige en droit et qu’il dirige aujourd’hui en fait.

Cette société d’Economie mixte donc « Privé-Public » ressemble au pâté d’alouette. Vous connaissez la recette, une alouette, un cheval ; ici le cheval, c’est le département et le cocher, c’est Monsieur Gauché.

Depuis qu’il est là M. Marc Gauché ne respecte pas les autres qui jouent dans la même cour que lui ; et notamment l’un d’entre-eux qui réunit 51 % du public et 49 % du privé ce qui parait suspect à Monsieur Gauché : c’est InterMédiasud à qui depuis les origines, il ne cesse de montrer une hostilité parfois efficace.

En voici un dernier exemple : Le Conseil, alors général du Tarn, a déployé une infrastructure de fourreaux destinés à recevoir des réseaux numériques. InterMédiasud, conformément à son statut d’opérateur de télécommunication, a sollicité la location d’un fourreau.

Depuis plus de six mois cette société ne parvient pas à obtenir une réponse du Département sauf par des voies latérales indiquant que Monsieur Gauché n’a pas encore pris sa décision.

Monsieur Gauché n’est pas dans l’illégalité, il n’y sera jamais, c’est l’organisme ou la collectivité qui le laisse faire qui va s’y trouver et qui risque de se voir cité devant la juridiction administrative, juridiction que Monsieur Gauché ne connaît pas à la différence des autres.

Le temps semble venu, où pourrait se former un syndicat « anti-Gauché », l’affaire est difficile car le personnage dispose de lignes de tir diversifiées.

Ce syndicat pourrait venir de toute part car même au Parti socialiste certains rêvent de mettre ce Monsieur au placard.

Mais que M. Gauché soit socialiste ne me regarde pas, je respecte ses opinions comme je respecte son antériorité avant qu’il n’apparaisse dans le Tarn, je n’en fais pas état.

Je respecte les élus. Madame Linda Gourjade est une élue de la Nation, je la respecte, pas Monsieur Gauché qui manifestement faisant mine de la servir s’en sert, cela devient évident.

Or, Monsieur Gauché n’est pas un élu, il l’a peut-être été mais pas dans le Tarn, mais je ne sortirai pas de mon sujet.

Mon sujet, c’est que je ne suis pas le seul à en avoir assez des décideurs invisibles.

Jacques Limouzy