Trifyl analyse le contenu de notre poubelle noire

Depuis le 8 novembre, et jusqu’au 10 décembre, Trifyl, mène une étude avec le bureau ECOGEOS afin de connaître et d’analyser les contenus de notre poubelle noire. 

Ce sont ce qu’on appelle les « déchets résiduels » du territoire Trifyl qui sont passés au peigne fin durant plusieurs jours. L’objectif est d’identifier les déchets valorisables encore présents dans notre poubelle. Cette opération consiste à prélever plusieurs échantillons de collecte par intercommunalité adhérente (70 échantillons au total).

A la fin de leur tournée, les camions de collecte se rendent sur l’un des sites de prélèvement à Labessière-Candeil, Blaye-les-Mines ou à Castres. Les contenus sont déversés directement sur le sol et des échantillons homogènes de déchets sont constitués. Ensuite, ils sont triés et classés par catégories (une cinquantaine : alimentaires, végétaux, composites, textiles, emballages papier, plastique…).

Un suivi plus régulier pour extraire un maximum de déchets valorisables

« La dernière campagne consacrée au contenu de la poubelle noire remontait à 2016. Il s’agit de réévaluer régulièrement le gisement de déchets valorisables et de mieux cerner les particularités de chaque territoire pour adapter nos actions de prévention » explique Anne Bonrepaux, responsable de l’opération. Aujourd’hui, il est possible d’alléger notre poubelle de façon très significative.

En effet, en moyenne ce sont 20 % d’emballages recyclables et 30 % de déchets alimentaires et végétaux qui pourraient être détournés de la poubelle noire. Trifyl, grâce à son projet TH2030 (Trifyl Horizon 2030), s’engage à valoriser 80% de des déchets du territoire dès 2024. C’est la seule issue pour contenir les coûts de traitement qui ne cessent d’augmenter en France et qui auraient explosé sur ce territoire, comme ailleurs, si rien n’avait été engagé pour réduire l’enfouissement. Pour y parvenir, chacun est mis à contribution et le geste de tri individuel reste la clé.