Un habitant sur deux potentiellement exposé à de fortes chaleurs à répétition dans les prochaines années

Au cours des trente prochaines années, les épisodes de fortes chaleurs seront de plus en plus fréquents partout en Occitanie. La multiplication des journées chaudes touchera en particulier les territoires du pourtour méditerranéen et de la plaine de la Garonne, les plus peuplés de la région.

Par leur état de santé ou leurs conditions de vie, les personnes âgées, les jeunes enfants et les personnes pauvres constituent des populations plus vulnérables que d’autres face aux fortes chaleurs à répétition. Dans la région, plus de la moitié d’entre elles résident dans des territoires qui seront demain exposés à ces phénomènes, aggravés au cœur des villes par les îlots de chaleur.

L’Occitanie est particulièrement confrontée à une hausse des températures liée au changement climatique. Les vagues de chaleur de l’année 2019, avec de fréquentes températures au-dessus des 40°C ont donné un aperçu des canicules à venir. Parmi les nombreux indicateurs disponibles pour mesurer ce réchauffement (anomalies de températures, nombre de jours de vagues de chaleur, etc.), ce sont les fréquences des journées estivales et des nuits tropicales qui sont retenues dans cette étude. Une journée est estivale si sa température maximale est supérieure à 25°C et une nuit est dite tropicale si sa température minimale ne descend pas en dessous de 20°C. Ces deux indicateurs dépendent de seuils de températures fixes et facilitent ainsi les comparaisons entre des territoires aux climats parfois différents au sein même de la région. De plus, si ces journées et nuits de fortes chaleurs ne constituent pas en elles-mêmes des phénomènes à risque, leur multiplication et leur succession sont un indice de la survenue d’épisodes critiques tels que les canicules. Enfin, la prise en compte des températures nocturnes – en plus des températures diurnes – est essentielle dans une optique de santé publique. Ce sont en effet les baisses nocturnes de température qui permettent aux organismes de mieux supporter les fortes chaleurs le jour, notamment pour les personnes âgées. (Lire la suite)

Etude réalisé par Rémi Lardellier (Insee), en collaboration avec Cécile Gautier et Cécile Guyon (Météo-France)