Un laboratoire du sommeil vient d’ouvrir au Centre hospitalier du Pays d’Autan

Partager sur :

La salle de soins (c) CHIC

Le mercredi 7 novembre, le CHIC Castres-Mazamet a ouvert un Laboratoire du Sommeil. Celui-ci reprend pour la développer, l’activité du laboratoire du sommeil précédemment implantée à la Fondation du Bon Sauveur d’Albi. « Le personnel paramédical est entièrement renouvelé, le personnel médical garde son médecin somnologue (le Dr Mullens), mais s’enrichit d’une équipe de médecins neurologues, pneumologues, ORL et cardiologues. Quant au matériel, il est entièrement renouvelé et les locaux sont implantés dans une structure neuve dédiée à cette activité au sein du CHIC » explique la direction du CHIC.

Pourquoi un laboratoire du sommeil ?

La partie la plus spécialisée du laboratoire est représentée par les chambres de polysomnographie, où il est possible d’enregistrer les variables physiologiques des patients pendant leur sommeil. Mais tous les patients présentant des troubles du sommeil ne nécessitent pas forcément un tel enregistrement, et le laboratoire du sommeil est avant tout assuré par des consultations dédiées aux pathologies du sommeil.

Les troubles du sommeil, très fréquents, peuvent avoir un retentissement important sur la qualité de vie, et sur la santé. D’une part, chez le « mauvais dormeur » il peut y avoir des conséquences sur sa santé physique (conséquences cardio-vasculaires du syndrome d’apnées du sommeil, par exemple) et sur sa santé mentale (retentissement psychologique des insomnies…). D’autre part, les troubles du sommeil peuvent être responsables de baisses de vigilance, voire d’endormissements incontrôlés, et être à l’origine de nombreux accidents, principalement de la route, mais également dans bien d’autres domaines de vie professionnelle et de vie personnelle.

Les activités réalisées dans un laboratoire du sommeil permettent de dépister, de diagnostiquer, de traiter ces troubles, et d’accompagner les patients.

Les laboratoires du sommeil sont peu nombreux, en Occitanie : il en existe deux dans des hôpitaux universitaires (Montpellier et Toulouse), et deux en Centres Hospitaliers (Béziers et désormais Castres). D’où des délais d’attente souvent très longs pour obtenir des rendez-vous, compte tenu de la fréquence de la pathologie.

Quels sont les différents types de troubles du sommeil ?

Les plaintes des patients portent principalement sur une insuffisance du sommeil nocturne (insomnie), ou sur un excès de sommeil diurne (hypersomnie, ou somnolence diurne excessive). Rarement, elles portent sur des comportements anormaux pendant le sommeil (parasomnies).

On distingue donc :

  • Des troubles liés au sommeil nocturne insuffisant (insomnies), qui peuvent paradoxalement être révélés par une somnolence diurne excessive. Les causes de l’insomnie sont extrêmement nombreuses, elles comportent des causes environnementales, dominées par le stress, et des causes endogènes, comportant un grand nombre de maladies ayant un retentissement sur le sommeil. Dans la plupart des cas, l’enregistrement polysomnographique n’est pas nécessaire au diagnostic et au traitement de cette pathologie.
  • Des trouble liés à un sommeil excessif ; il peut s’agir de la narcolepsie, maladie génétique rare et se traduisant (entre autres) par des accès d’endormissement irrépressibles pendant la journée. Et de l’hypersomnie idiopathique, caractérisée par une somnolence diurne excessive et une durée de sommeil diurne parfois allongée. Ces deux pathologies nécessitent un enregistrement polysomnographique pour être diagnostiquées
  • Des troubles de vigilance diurne liés à une pathologie affectant la qualité du sommeil nocturne : il s’agit principalement du syndrome d’apnées du sommeil, et du syndrome des mouvements périodiques du sommeil. Ces deux pathologies, extrêmement fréquentes, nécessitent des enregistrements (polygraphiques ou polysomnographiques) pour être diagnostiquées.
  • Des troubles du comportement (ou activités motrices anormales) survenant pendant le sommeil : on parle de parasomnies, dont la plus connue est le somnambulisme, mais comportant également des terreurs nocturnes, des cauchemars, entre autres. Leur diagnostic peut nécessiter un enregistrement du sommeil.

En quoi consiste un enregistrement du sommeil ?

Dans tous les cas, il s’agit d’enregistrer un certain nombre de signaux correspondant à une activité physiologique, dont on connaît les caractéristiques habituelles pendant le sommeil, et dont on peut définir des variantes pathologiques.

Et l’épilepsie ?

La création du laboratoire du sommeil du CHIC Castres-Mazamet résulte de la collaboration entre différents spécialistes, dont des neurologues. Et le laboratoire du sommeil est un moyen privilégié d’exploration des épilepsies.

En effet, certaines épilepsies sont liées au rythme veille/sommeil, survenant parfois exclusivement la nuit (crises morphéiques), pendant le sommeil (épilepsie à pointe-ondes continues du sommeil), au réveil (épilepsies myocloniques). L’endormissement peut être un moment très favorable à l’enregistrement d’anomalies épileptiques, plus rares pendant la veille. Enfin, l ‘enregistrement en continu (sur 24h) de l’électro-encéphalogramme couplé à la vidéo représente un moyen de diagnostic bien plus efficace que l’électro-encéphalogramme traditionnel.

Pour ces raisons, aux trois lits dédiés à l’enregistrement du sommeil, sera ajouté un lit dédié à l’épileptologie, permettant des enregistrements qui étaient jusqu’alors réservés aux hôpitaux universitaires, avec des délais d’attente parfois très longs.

L’ouverture du laboratoire du sommeil sur le CHIC Castres-Mazamet permet donc à de nombreux patients d’avoir accès à des examens qui étaient jusqu’alors réservés à des centres hospitaliers universitaires, avec lesquels un travail de collaboration en réseau est organisé pour permettre la discussion de cas difficiles.

Données techniques

  • Accompagnement de l’ARS pour les investissements en locaux et équipements biomédicaux à hauteur de 300.000€ + 30.000€ alloués à la formation des personnels paramédicaux du laboratoire du Sommeil.
  • Un service de 138m², hors secteur consultations, situé au rez-de-chaussée de l’Hôpital du Pays d’Autan à proximité immédiate des services de cardiologie et pneumologie.
  • 4 chambres dont 2 permettant d’accueillir un accompagnant, une salle de soins dédiée à la surveillance et l’interprétation.
  • Les travaux réalisés ont permis notamment de redistribuer et restructurer les locaux, en portant une attention particulière sur la correction acoustique et l’occultation de la lumière du jour (plafond, installation d’un sas d’entrée, stores).
  • Les chambres d’hospitalisation ont été entièrement équipées pour la réalisation des enregistrements. Les aspects qualitatifs et fonctionnels ont été déterminants dans le choix afin de permettre l’exploration complète du sommeil. Par ailleurs, ce matériel spécialisé permet également le développement de l’épileptologie.