Mélenchon se surpasse. Le spectacle est complet !

Partager sur :

La colère de Jean-Luc Mélenchon lors de la perquisition au siège de La France insoumise. Capture d'écran / Quotidien

Les misères que la justice fait à Jean-Luc Mélenchon ont bien vite été portées sur cette « scène nationale » qu’il dirige avec talent.

Du Vaudeville à la tragi-comédie jusqu’à l’opéra-bouffe, tout y fait ventre… mais cette semaine le théâtre est complet.

Cette perquisition est un évènement miraculeux qui lui permet de conforter le socle fondateur d’une Sixième République.

Il y en a eu d’autres avant lui, il y en aura d’autres après lui avant que cette République s’efface.

Monsieur Arnaud Montebourg hier et lui-même aujourd’hui évoquent l’impérieuse nécessité d’une Sixième République.

Il n’y a là rien que de très naturel car depuis Montesquieu et surtout depuis 1789 dès qu’un régime apparaît son révisionnisme s’installe. Et, si ces régimes ont été si nombreux c’est parce qu’ils auraient succombé sous le poids de l’imagination d’esprits supérieurs comme ceux de MM Montebourg et Mélenchon.

Or, c’est bien autre chose que la pensée doctrinaire qui peut mettre fin aux Empires et aux Républiques.

L’Empire finit à Waterloo, le Second à Sedan, la Troisième République dans la défaite de 1940 et la Quatrième meurt d’épuisement à Alger en 1958.

Rien de tel ne s’annonce pour la Vème République que Monsieur Mélenchon devra supporter plus longtemps qu’il ne le souhaite. Car, loin d’être un tombeur de Régimes, il apparaîtra comme un personnage romanesque dans l’histoire d’une République qui ne sera pas encore la sienne.

Jacques Limouzy

La vidéo