Vers un Référendum : En avant Marche !

L’interrogation sur un Référendum n’est pas seulement celle proposée par le sujet lui-même. Elle est aussi celle qui porte sur le moment où il est décidé d’en faire un.

D’autre part le caractère solennel de cette consultation n’en garantit pas la valeur. Il en fut ainsi des grandes sottises politiques comme le quinquennat, œuvre d’une cohabitation qui, s’interrogeant sans prendre garde, portait atteinte aux principes mêmes de la Constitution en confondant pratiquement dans un seul vote l’élection présidentielle et l’élection parlementaire.

On peut donc tout soumettre à un référendum, même et surtout le pire d’une actualité dont l’ambition n’efface pas le provisoire : Wilson y eût certainement placé les « Quatorze points » et Dieu les « Dix commandements »

Aujourd’hui, comme tout le monde est d’accord pour sauver la planète, il est important de pouvoir le dire avec une sorte d’unanimité quelques mois avant les élections présidentielles, en espérant qu’un « oui » nécessaire à la réussite d’un référendum appellerait par un mimétisme souhaitable un « oui » recherché pour les présidentielles, puisque le vainqueur du référendum ressemblera à s’y méprendre à l’un des candidats à la présidentielle de 2022.

Mais le sujet proposé pour cette consultation majeure est des plus aléatoire car il est lié à des évolutions planétaires dont le mouvement est souvent commandé depuis les rives les plus incertaines et les plus lointaines du temps.

Il y a certes un avantage, pour ceux qui n’aiment plus la démocratie représentative, de nous placer au niveau des principes dont l’exécution, loin de dépendre du Parlement, ouvrira une porte majeure à une administration judiciaire de la constitutionnalité.

Jacques Limouzy