Voeux à la population : « Oui, l’autoroute demeure notre principal enjeu d’avenir »

Partager sur :

Retrouvez le discours de Pascal Bugis, maire de Castres, à l’occasion des vœux à la population, mardi 9 janvier, au Parc des expositions

Mesdames, Messieurs,

Debout ! C’est ainsi, fidèles à notre devise que nous avons revu ensemble ce soir les faits marquants de l’année qui vient de s’achever.

Chacun de vous en aura sûrement d’autres à l’esprit. Mais ces moments sont ceux que nous avons eus en partage.

Je me réjouis de vous voir si nombreux ce soir pour ce qui est devenu au fil des ans notre rendez-vous traditionnel du début de l’année.

Aussi, c’est entouré des membres du Conseil municipal, que je présente à chacune et chacun d’entre vous des vœux de santé et de bonheur.

Je souhaite également une excellente année à tous les acteurs du monde associatif, qui participent, chacun à leur manière et dans leur domaine d’activités, à l’attractivité de notre ville et au bien-vivre ensemble.

Mes vœux sont aussi des vœux de soutien et de réconfort pour tous ceux, qui, à un titre ou à un autre, connaissent des difficultés de toutes natures.

Ce soir, j’ai une pensée particulière pour des Castrais, souvent d’adoption, qui arborent fièrement nos couleurs : les soldats du 8Ème RPIMa. Ils assurent la défense des intérêts de la France et la protection de populations sur les théâtres d’opérations extérieures ou sur le sol national.

Des contraintes de plus en plus lourdes pèsent également sur l’ensemble des forces de l’ordre et de sécurité, qu’ils soient policiers, pompiers ou gendarmes, mais aussi sur les collectivités pour tenter d’y faire face.

Comme eux, d’autres agents publics œuvrent au service de tous, tous les jours pour faire de notre ville une ville agréable, propre, accueillante, dynamique, innovante…

Et cela commence dès le berceau puisque les agents municipaux ont enregistré 1289 naissances d’enfants survenues à Castres en 2017.

Ces traditionnelles missions, les agents communaux continuent à les exercer. Mais l’État y ajoute, depuis plusieurs années déjà, des charges qu’il ne veut ou ne peut plus assumer lui-même, sans compter la pléiade de normes qui rend chaque jour plus difficile l’action des communes.

Mais restons optimistes, car, malgré ce contexte, nous avons appris, la semaine dernière que le Préfet de la Haute-Garonne avait signé, avant Noël, la déclaration d’utilité publique de la mise à 2 fois 2 voies de la déviation de Verfeil.

C’était une étape attendue dans le dossier de l’autoroute Castres-Toulouse.

Car, oui, l’autoroute demeure notre principal enjeu d’avenir

Merci aux 5 546 contributeurs, qui ont participé à l’enquête publique, montrant ainsi la détermination de tout un territoire, dans un élan rarement constaté pour ce type de procédure.

Les Castrais, les Sud Tarnais se sont mobilisés en masse,  parce qu’ici nous savons combien cette autoroute est nécessaire.

Nécessaire pour nos emplois, pour nos enfants car nous ne pouvons nous résigner à demeurer dans un isolement qui nous conduirait, à court terme, dans une impasse.

Je souhaite que l’avenir de tout un territoire ne soit pas sacrifié à l’air du temps, car ce n’est ni le développement d’Internet, ni le covoiturage qui achemineront le granit du Sidobre partout en France, non plus que ambulances vers l’hôpital de Purpan.

Je veux saluer devant vous ce soir l’engagement désormais clair de l’ensemble des collectivités concernées par le tracé : la Région Occitanie, les Départements du Tarn et de la Haute-Garonne, la Communauté d’agglomération Castres-Mazamet, la Communauté de Communes du Sor et de l’Agout, qui ont voté leurs participations financières respectives au projet, en accompagnement de celle de l’Etat

Avant la fin du mois de juin, le Conseil d’État devrait se prononcer sur l’utilité publique de l’ensemble du tracé.

Nous serons alors définitivement fixés.

Pour important qu’il soit, ce projet ne sera pas le seul qui nous occupera cette année.

Au premier rang des chantiers communaux, il y aura naturellement la Place Soult.

Les années passées ont été marquées par des aménagements de ces places où la Cité prend tout son sens. Jaurès et l’Albinque bien sûr mais aussi Lameilhé, Gabarrou, Flaubert sont autant de lieux où, désormais, on a plaisir à se retrouver, à se promener, à vivre tout simplement.

Demain, il en sera de même pour la place Soult dont nous redécouvrirons ensemble l’étendue et l’attrait. Demain le Jardin du Mail sera reconnecté au Centre-Ville et redeviendra un espace vert agréable.

Vous avez pu voir la première tranche de travaux du jardin, ils vont se poursuivre. De même qu’à l’issue prochaine des fouilles archéologiques vont débuter les travaux de la place Soult.

Dans les semaines à venir, le projet sera présenté dans différents points de la Ville, dans un bus aménagé, comme nous l’avions fait pour la place Jean Jaurès

Je sais bien que les travaux engendrent des désagréments, ralentissent ou dévient la circulation.

C’est inévitable et je veux vous remercier de la patience dont vous avez fait preuve lors des chantiers qui ont modifié la physionomie de notre ville, au fur et à mesure de ces années.

Le dernier en date, conduit par la Communauté d’agglomération, est la réalisation du Pôle d’échange multimodal.

Il est en lien direct avec la réalisation des travaux de Soult, dont il était le préalable.

Dans quelques jours, car les intempéries ont causé un léger retard, la nouvelle gare routière sera mise en service à côté de la gare SNCF, permettant ainsi un usage cohérent de tous les transports collectifs proposés à Castres.

Quant aux automobilistes, vous le savez, ils connaitront une petite révolution en 2018 puisque – vous l’avez peut-être lu ou entendu dans les médias, l’amende à 17 € disparait pour les infractions au stationnement payant.

Elle est remplacée désormais par un Forfait Post Stationnement dont le montant est fixé par les Villes. 60€ à Lyon, 50 à Paris, 25 à Rodez ou Narbonne, 20 à Carcassonne, Auch, Mende, etc.

Chez nous ce sera 10 euros si vous oubliez de mettre un ticket ou si vous dépassez la durée autorisée.

Entendez-moi bien, ce forfait à 10 euros ne concerne que le stationnement payant, pas le stationnement gênant ou interdit que la loi continue à réprimer par une amende de 35 à 135 euros.

Ce n’est donc pas un blanc seing pour se garer n’importe où et n’importe comment.

Mais c’est un signal. Un de plus ! Un signal de la volonté de la municipalité de conserver un centre-ville attractif. Nous en avons déjà envoyés plusieurs : des tarifs de stationnement sur voirie parmi les plus bas de la Région, des bus gratuits, des parkings de proximité gratuits, qui complètent les rénovations de l’espace urbain.

L’époque évolue, et avec elle les modes de consommation. La désaffection des centre-villes est un phénomène récurrent dans toutes les villes,  petites et moyennes : il est notamment dû aux modifications des comportements d’achat.

C’est donc un problème qui nous concerne tous et dont nous détenons chacun une partie de la solution.

L’équipe qui m’accompagne n’est pas seulement attentive aux grands projets. Nous savons bien que le quotidien, les opérations de moindre envergure ont aussi une importance capitale. Nous les poursuivons, avec détermination, dans tous les secteurs géographiques ou d’activité car les investissements publics irriguent aussi l’économie locale.

En équipant la Ville, en la modernisant, cet argent public est doublement utile puisqu’il participe aussi au maintien des emplois sur notre territoire

Nous poursuivrons ces projets avec le souci constant de trouver des économies chaque fois que cela est possible.

Traditionnellement lors de cette cérémonie, je vous parle de nos choix en ce qui concerne les taux d’imposition.

Je mesure – depuis toujours – combien la charge qui pèse sur les contribuables est lourde d’où qu’elle vienne. Nous nous sommes efforcés de ne pas l’aggraver, à la mesure de nos compétences, c’est-à-dire en refusant, depuis 2001, d’augmenter les taux communaux des impôts locaux, et même en les ayant baissés en 2016 et 2017.

En 2018, avec la majorité qui m’entoure, nous allons nous nous efforcer de maintenir encore les taux à leur niveau de 2017.

C’est donc déterminé à agir pour notre Ville, dans le respect de nos engagements que j’adresse à nouveau à chacun de vous mes meilleurs vœux pour 2018.

Dans quelques instants, nous partagerons un moment de convivialité et de gourmandise et vous pourrez obtenir le traditionnel agenda – autre spécificité castraise – toujours financé par la publicité

Tags: