Emploi : Le gouvernement veut supprimer les ruptures conventionnelles, voici pourquoi

D'après une récente étude publiée, le dispositif de rupture conventionnelle qui permet à un employeur et à son salarié de se séparer à l'amiable serait dans la ligne de mire du . En effet, cette procédure pourrait engendrer des dépenses importantes pour l'assurance tout en gonflant les chiffres du chômage.

C'est pourquoi, pour contrer ce phénomène, le gouvernement a décidé d'augmenter le montant des indemnités que les entreprises doivent verser en cas de rupture conventionnelle.

Pour rappel, près de 500 000 ruptures conventionnelles ont signées l'année dernière.

Raisons de cette possible suppression

Parmi les raisons évoquées pour justifier cette possible mesure, on retrouve principalement :

  • L'accroissement excessif des demandes de ruptures conventionnelles, considéré comme un moyen trop avantageux pour les salariés en quête d'une nouvelle expérience professionnelle;
  • La charge financière importante pour l'assurance chômage;
  • Et enfin, l'augmentation conséquente du nombre de personnes inscrites au chômage.

Toutefois, les opposants à cette suppression avancent plusieurs arguments pour maintenir le dispositif :

  • Un meilleur climat social entre employeurs et salariés grâce à des séparations à l'amiable;
  • La possibilité pour les entreprises de se restructurer plus facilement en s'adaptant à leur marché;
  • Et la création d'une dynamique de renouvellement du marché du travail et donc une meilleure employabilité des individus.

L'impact sur le marché du travail

Il est important de peser le pour et le contre avant de statuer sur l'éventuelle suppression de ce dispositif. Les conséquences de cette mesure ne concernent pas uniquement les bénéficiaires d'une rupture conventionnelle, mais également les entreprises et leurs employés restants. Le risque serait de précariser davantage le marché du travail sans forcément améliorer les chiffres du chômage.

Lire aussi  CODIR: comprendre son rôle dans une entreprise

Le gouvernement semble vouloir trouver un juste milieu pour répondre aux critiques envers ce dispositif. Néanmoins, il est essentiel de prendre en compte les différentes facettes de cette question afin d'aboutir à une solution équilibrée et bénéfique à l'ensemble des parties prenantes.

Il sera donc intéressant d'observer le débat public et politique autour de cette thématique ainsi que les alternatives proposées et choisies par le gouvernement dans un futur proche.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.