Voici les 3 fruits qu’il ne faut plus consommer selon 60 millions de consommateurs “Ils sont bourrés de pesticides…

Le magazine vient de publier les résultats d'une nouvelle enquête concernant les pesticides dans nos fruits et légumes. La présence de perfluorinated compounds (PFAS), aussi ées « polluants éternels », y est particulièrement inquiétante. Dans cet article, nous vous présentons les trois fruits les plus touchés par cette pollution en 2024.

Zoom sur les PFAS, une catégorie de pesticides préoccupante

Les PFAS sont des substances chimiques utilisées notamment dans l'industrie textile, la fabrication de matériaux antiadhésifs et comme retardateurs de flamme. Elles sont également retrouvées sous forme de résidus dans de nombreux fruits et légumes que nous consommons quotidiennement. Selon l'enquête de 60 Millions de Consommateurs, la proportion de fruits et légumes contenant au moins un résidu d'agriculture de PFAS a presque triplé en dix ans, augmentant de 220% pour les fruits et 274% pour les légumes.

La présence de ces substances pose problème car elles sont très persistantes dans l'environnement et peuvent s'accumuler dans notre organisme. L'effet « cocktail » de leur ingestion reste mal documenté, mais les risques liés à cette accumulation ne doivent pas être négligés.

Top 3 des fruits les plus pollués par les PFAS en 2024

Voici les trois fruits cultivés au sein de l'Union européenne qui sont les plus contaminés par ces substances lorsqu'ils proviennent de l'agriculture conventionnelle :

  • Fraises : 37% d'entre elles contiennent des PFAS.
  • Pêches : on trouve des résidus de ces substances controversées dans 35% des pêches vendues.
  • Abricots : 31% des abricots achetés en commerce renferment des PFAS.

Même si les résidus de pesticides présents dans ces fruits respectent les limites maximales autorisées, leur ingestion régulière expose notre organisme à un risque lié à l'accumulation de ces substances et à leur effet « cocktail ». Le magazine rappelle que cette problématique reste sous-estimée et insuffisamment documentée.

Lire aussi  Ces 4 marques d’huile d’olive sont fortement déconseillées par 60 millions de consommateurs

Opter pour le bio, une solution pour éviter ces polluants ?

Afin de limiter notre exposition aux PFAS, il est recommandé de privilégier les fruits et légumes issus de l'agriculture biologique lorsque cela est possible. En effet, ces produits sont soumis à des normes plus strictes en matière de traitement phytosanitaire et sont donc moins susceptibles de contenir des résidus de pesticides.

Astuces pour réduire son exposition aux pesticides

Voici quelques conseils pour limiter votre exposition aux pesticides en général :

  • Lavez vos fruits et légumes à l'eau froide pendant plusieurs minutes, en frottant doucement leur surface. Si nécessaire, utilisez une petite brosse pour nettoyer les parties difficiles d'accès.
  • Épluchez vos fruits et légumes lorsque cela est possible, afin d'éliminer la majeure partie des résidus qui se trouvent souvent sur leur peau. Néanmoins, sachez que cette pratique peut aussi vous priver de certains nutriments présents dans la couche externe.
  • Vos aliments méritent parfois un bain. Pour certains fruits et légumes, notamment ceux présentant une surface rugueuse ou difficile à nettoyer (choux, fraises, raisins…), vous pouvez les tremper dans une solution composée d'eau et de vinaigre blanc, puis les rincer à l'eau froide. Cette méthode permet de déloger davantage de résidus qu'un simple rinçage.
  • Diversifiez votre et variez vos sources de fruits et légumes. Ceci contribuera à réduire les risques liés à la consommation répétée d'une même source contaminée.

En conclusion, la contamination des fruits et légumes par les pesticides est une réalité qui doit être prise en compte dans notre alimentation quotidienne. Face à ce constat, il est essentiel d'adopter de bonnes pratiques pour limiter notre exposition à ces substances potentiellement dangereuses et préserver notre santé.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.