Quel seuil de revenus pour faire partie de la classe supérieure en France ?

Dans une société de plus en plus divisée, il est parfois difficile de déterminer à quelle classe sociale nous appartenons. La répartition des revenus en France peut être confuse et complexe, mais voici quelques éléments pour mieux comprendre la situation.

Pauvreté, classes moyennes et aisées : les seuils d'income selon votre situation

Il est important de connaître les critères qui déterminent les différentes classes sociales en termes de revenu. En effet, on distingue généralement trois grandes catégories : les personnes en situation de pauvreté, celles appartenant aux classes moyennes et enfin, celles faisant partie des classes aisées.

La première étape est donc de définir le seuil de pauvreté. Ce seuil correspond à la moitié du revenu médian, c'est-à-dire le revenu au-dessous duquel se situent 50% de la population et au-dessus duquel se trouvent également 50% de la population.

Ensuite, on considère que les classes moyennes se situent entre les 30% de revenus inférieurs au seuil de pauvreté et les 20% supérieurs, appelés « classes aisées » ou « riches ».

  • Pour une personne seule, elle est considérée comme pauvre si son revenu disponible est inférieur à 940 par mois. Jusqu'à 1 500 euros, elle appartient aux classes populaires et entre 1 500 et 2 700 euros aux classes moyennes.
  • Pour un couple sans enfant, le seuil de pauvreté est fixé à 1 411 euros par mois. Ces couples appartiennent à la classe moyenne s'ils ont des revenus compris entre 2 200 et 4 000 euros.
  • Enfin, pour un couple avec deux enfants de plus de quatorze ans, ils sont classés comme pauvres si leurs revenus mensuels sont inférieurs à 2 350 euros, comme classe moyenne entre 3 738 et 6 700 euros et comme riches au-delà de 9 400 euros.
Lire aussi  Le photobooth pour dynamiser votre évènement

Les principales préoccupations des classes sociales

Même si le niveau d'income peut sembler être un bon indicateur pour situer une personne dans les classes sociales, il est important de considérer également d'autres aspects qui influencent significativement la perception que l'on a de notre appartenance à une classe sociale.

En effet, le pouvoir d'achat, le niveau d'éducation, et d'accès aux services publics, ainsi que la capacité à épargner, sont autant d'éléments qui différencient les classes sociales entre elles.

  • Les personnes appartenant aux classes populaires peuvent avoir du mal à joindre les deux bouts en fin de mois et rencontrent souvent des difficultés d'accès à l'éducation et aux soins de santé, notamment dans les zones rurales ou défavorisées.
  • La classe moyenne, quant à elle, cherche souvent à maintenir son niveau de vie et à sécuriser son avenir, avec des préoccupations centrées autour de l'emploi, du et de l'éducation.
  • Enfin, les classes aisées se focalisent davantage sur la création de richesse, la de leur patrimoine et peuvent même s'interroger sur l'impact de leur réussite sur les inégalités dans la société.

Conclusion : Se positionner par rapport aux différentes classes sociales

Connaître les seuils d'income permet de mieux comprendre où nous nous situons parmi les différentes classes sociales ; toutefois, il ne faut pas négliger les autres facteurs qui influencent également notre perception de notre appartenance à une classe sociale.

En prenant conscience des inégalités existantes, chacun peut ainsi agir à son niveau pour contribuer à réduire ces écarts et construire une société plus juste et équilibrée.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.