Ses 4 appartements sont squattés, les impôts lui demande plus de 1000€ de taxe sur les logements vacants

René, un retraité de 71 ans, avait la surprise de recevoir une imposition pour ses quatre appartements restés vacants pendant plus d'un an. Cependant, ces biens immobiliers étaient occupés illégalement par des squatteurs et ont finalement été vendus à perte. Face à cette situation, René a décidé de contester la taxe auprès des autorités fiscales. Dans cet article, nous nous pencherons sur ce cas emblématique de difficultés rencontrées par les propriétaires en France.

Squat et occupation illégale des logements : le parcours du combattant pour les propriétaires

« Ils disent que les logements étaient vacants, mais ils n'étaient pas vides; ils étaient squattéset il était impossible de louer un bien dans ces conditions; cette taxe est une injustice. » — René, retraité de 71 ans

Ce septuagénaire, propriétaire de quatre appartements situés dans le 14ème arrondissement de Marseille, avait fait face à plusieurs problèmes au cours des dernières années : mauvais payeurs, dégradation de ses biens, et enfin l'occupation illégale de ses logements par des squatteurs. La situation s'est aggravée lorsque les autorités locales n'ont pas réussi à trouver une solution appropriée pour remédier à cette problématique, malgré de nombreuses tentatives de contact de la part du propriétaire :

  • Intervention de la
  • Demandes adressées aux maires et aux préfectures
  • Envoi d'une soixantaine de lettres recommandées
  • Recours à des huissiers

Cependant, aucune expulsion n'a jamais été ordonnée. René a donc choisi de vendre ses appartements à un prix inférieur au marché (moins de 200 000 ), essuyant ainsi une perte importante.

Lire aussi  Aldi frappe fort avec ces jouets durables et très abordables, parfait pour un cadeau de Noël

La taxe sur les logements vacants : une injustice pour les propriétaires dans des situations similaires ?

Le cas de René soulève des questions importantes concernant la pertinence de la taxe sur les logements vacants dans certaines situations. Elle est normalement applicable aux propriétaires dont les biens sont situés dans une zone où la demande en logements excède l'offre, et qui restent vides pendant au moins un an au 1er janvier de l'année d'imposition. Cependant, elle ne prend pas en compte la situation particulière de propriétaires comme René, dont les logements sont occupés illégalement, empêchant de fait leur mise en location.

Ainsi, René se trouve confronté à une imposition de plus de 1 000 euros qu'il considère injustifiée. Il a choisi de contester cette décision auprès des autorités fiscales, mais son met en lumière les difficultés auxquelles peuvent être confrontés certains propriétaires face à ces régulations.

Des solutions pour éviter les situations similaires ?

Pour lutter contre ce type d'injustice, des mesures pourraient être envisagées afin de protéger davantage les propriétaires, tout en maintenant une législation visant à encourager la mise sur le marché des logements vacants :

  • Une révision des critères d'éligibilité à la taxe sur les logements vacants pourrait être effectuée, pour exclure les cas où ces derniers sont occupés illégalement ou dans des conditions qui rendent impossible leur location.
  • Des dispositifs d'accompagnement et de soutien aux propriétaires confrontés au squat pourraient également être instaurés, pour faciliter leurs démarches, tant auprès des administrations que des autorités judiciaires.
  • Enfin, une meilleure coordination entre les différents acteurs impliqués (police, mairie, préfecture, huissiers) pourrait permettre d'apporter des solutions efficaces et rapides pour mettre fin aux occupations illégales de logements.
Lire aussi  Impôts : Cette taxe augmentera pour plus de 37 millions de Français, mais il existe un moyen de baisser son impact

Ainsi, René espère que son expérience servira de levier pour faire évoluer la législation afin que d'autres propriétaires ne subissent pas la même injustice. Dans l'intervalle, il attend avec impatience la réponse de l'administration fiscale quant à sa contestation.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.