Vacances

Comme La Semaine, nombreux sont ceux qui prennent quelques jours de congé, rituellement, en ce mois d’août. Au premier chef le Président de la République, pour des vacances dont les médias nous content le quotidien, qu’il affirme malgré tout studieux. Depuis le fort de Brégançon, il suit les affaires, sans perdre de vue aussi qu’il doit poursuivre sa campagne électorale. Comme l’avait dit un de mes maîtres : « Si tu ne souffles pas dans ta trompette, qui veux-tu qui y souffle à ta place ? » Dans cet esprit, on a eu droit au Président en T-shirt à  un euro la paire, pour la jouer influenceur des ados, tenue qui sied aussi bien à la fonction qu’une bouée-canard au Premier ministre.  Il est  vrai que la récente garden-party avec  les rappeurs Mac Fly et Carlito pouvait aussi donner des idées pour sensibiliser les jeunes,  dans une communication singulière qui avait fait quelque bruit, avec le concours d’anecdotes et des roulades sur les pelouses de l’Elysée.

Dans sa capacité à oublier qu’il est Président de la République, la Fête de la Musique 2018, avec ses danseurs black transgenres  ainsi que ses fréquentations dans les îles avaient déjà donné le ton. Là, il a choisi de s’adresser aux « jeunes »  – n’oublions pas qu’ils sont électeurs –  de manière originale, leur proposant en mode selfie  et T-shirt (est-il « made in France?)  sur Instagram et Tik-Tok  de répondre directement à leurs questions sur la vaccination. Pendant une minute qui, bien sûr, a fait tache d’huile dans tous les organes d’information, notre Président, dans une fausse allure de vacancier, se fait, selon l’expression de Gilbert Collard, « le commercial des labos ». Car, dans ce domaine, puits de science médicale, il en connaît un rayon. On se demande pourquoi il veut réformer l’ENA. Il a fréquenté l’école où l’on apprend à parler brillamment de tous les sujets, surtout de ceux que l’on ne connaît pas. Agronome dans l’Aveyron, architecte pour la reconstruction de Notre Dame, militaire pour limoger un général, éducateur et enseignant pour les enfants qu’il n’a pas, spécialiste de la sécurité routière pour le 80 kmh et climatologue chevronné pour nous convaincre que la France pollue la planète et la réchauffe.  Et, ici, il doit expliquer le « passe sanitaire », sorte de passe partout qui ne passe pas auprès de certains, un passe-passe  pour accélérer l’indispensable vaccination.

Ayant un mauvais esprit, je remarque son T-shirt noir, avec l’effigie d’un hibou stylisé. La  beauté et la riche valeur historique et symbolique du hibou font qu’on le retrouve dans de nombreuses cultures comme support de notions contradictoires. Aigle de la nuit, le hibou est le symbole traditionnel, avec la chouette, la déesse « Athena » pour les grecs, de la sagesse, avec la capacité intuitive de voir ce que les autres ne voient pas, mais il a aussi une connotation négative dans certaines cultures, « parce qu’il n’affronte pas la lumière du jour, de tristesse, et d’obscurité, si l’on en croit le site « luminessens.org », allant même , dans la mythologie grecque, jusqu’à être l’interprète d’Atropos, celle des Parques qui coupe le fil de la vie humaine. On ne sait quel symbole a choisi Macron…

Les congés, le chant des cigales, le soleil et ses coups ont dû  lui faire oublier qu’il est d’abord Président, avant d’être cet ado attardé, interpellant les abonnés du réseau Tik-Tok, préféré  des « d’jeuns » !  Combien d’exemples mous a-t-il déjà donnés, durant son mandat, de la désacralisation de la fonction présidentielle, bien que son choix favori de l’« en même temps »  l’ait fait un jour recadrer un collégien qui l’avait appelé « Manu » ? Et quand le Président de la République, précisément, se déguise en « Manu », j’ai quelque peine à le trouver crédible. Un seul mot me vient à l’esprit : c’est pitoyable de vouloir se la jouer « jeune » alors que l’on va descendre vers ses cinquante « balais ». Grandir un peu !  Devant cette capacité à oublier sa fonction de celui qui n’est pas « Monsieur tout le monde », ma première réaction a été : « Qu’en dit le Général, là-haut ? » Cela doit fumer sous le képi !

Pierre Nespoulous