Ce métier méconnu payé jusqu’à 31 940 euros par an ne demande aucun diplôme et recrute dans toute la France

Les avantages comme les RTT, les primes, l'aide à la garde d'enfants… tout cela peut vous être accessible sans le moindre diplôme. Il s'agit d'un métier bourré d'avantages non négligeables.

D'après l'Observatoire des inégalités, 82% des individus en situation de pauvreté n'ont pas de niveau d'études supérieur au bac. Un tiers d'entre eux ne possède même aucun diplôme. Bien que la soit connue pour accorder une grande considération aux diplômes, certaines sociétés donnent tout de même leur chance à toutes sortes de profils.

Ces opportunités sont à saisir dans des emplois comme vendeur en magasin, serveur, agent d'entretien ou encore ouvrier polyvalent. Cependant, parmi ces emplois disponibles à des personnes sans diplômes ou sans qualifications au-delà du bac +3, l'un d'eux offre des avantages particulièrement attrayants. Voici quelques-uns de ces avantages :

  • Allocation pour la garde d'enfants de moins de 3 ans de 100 euros bruts par par mois
  • Prime de de 400 euros par année
  • Prime annuelle pour les personnes non-cadres d'une moyenne de 400 euros
  • Bonus annuel d'exploitation correspondant à 12,8% du mensuel
  • Prime de 400 euros en cas de réalisation des objectifs collectifs
  • Contribution de l'employeur de 300 euros bruts par an pour 1 500 euros déposés sur l'épargne du groupe
  • Couverture de la mutuelle d'entreprise à 60% par l'employeur (contre 50% en général)
  • 22 jours de RTT par an
  • Tarifs réduits pour les voyages, avec par exemple, un aller-retour Paris-Lyon pour deux personnes à 18 euros, au lieu de 388 euros.

Le métier en question est celui de « chef de bord » ou de « commercial à bord des trains » pour le compte de la SNCF, plus couramment é « contrôleur ». Mais les tâches de cette fonction ne se limitent pas au contrôle des billets seulement. Un contrôleur a également pour mission de renseigner les voyageurs, de veiller à leur sécurité, de contrôler la propreté ainsi que le bon fonctionnement des équipements à bord. Bien qu'il ne soit pas nécessaire de posséder de diplôme pour exercer ce métier, la fiche de poste de la SNCF recommande tout de même une expérience de plus de trois ans dans le commerce ou la relation clientèle. Cependant, cette exigence peut varier d'une offre d'emploi à une autre. Certaines mentionnent « une expérience utilement acquise » dans ce domaine sans plus de précisions, tandis que d'autres exigent plutôt une expérience moins longue.

Lire aussi  En posant ces jours de congés, vous aurez jusqu'à 12 jours de repos consécutif en 2024

En ce qui concerne les salaires, ceux d'un chef de bord TER à Metz oscillent entre 29 940 et 31 940 euros bruts par an. Pour un commercial à bord des trains à Tarbes, ils vont de 24 700 à 31 800 euros bruts par an, avec des salaires mensuels variant entre 1 605 et 2 076 euros nets. Notez que ces chiffres incluent la part variable qui peut constituer jusqu'à 25% du salaire des contrôleurs de la SNCF. Une telle pratique va de pair avec ce secteur d'activité, bien que cela ne soit pas unanime parmi les employés.

Lors d'une interview accordée au Parisien, Alex, un contrôleur SNCF, a partagé comment la suppression de sa prime pendant son congé maladie l'a forcé à reprendre le travail contre l'avis de son médecin. Pour sa part, ayant travaillé au sein du groupe pendant 22 ans, il a déclaré percevoir entre 2 300 et 2 500 euros nets par mois, variable compris.

Avec 10 000 contrôleurs en poste, la SNCF embauche toujours plusieurs centaines de personnes pour ce poste chaque année. Actuellement, près de 30 offres sont à pourvoir dans toute la France. Ainsi, être mobile dans sa recherche d'emploi augmente ses chances de trouver une place. De surcroît, Pôle Emploi fait savoir que chaque année, 1 000 offres pour le poste de « contrôleur des transports en commun » (et pas uniquement pour la SNCF) sont publiées et que 940 personnes à la recherche d'un emploi les consultent.

Philippe-dufrez
Philippe Durez etait dans une autre vie un professionnel du marketing basé en France. Il est actuellement directeur de la rédaction, dans le webzine La Semaine de Castres.