Ce métier rapporte 2000€ net par mois et ne demande qu’un CAP, pourtant personne ne veut le faire

En , il est rare de trouver une profession qui offre un attractif sans exiger de hauts niveaux académiques. Pourtant, le métier de technicien applicateur d'hygiène, souvent appelé « dératiseur, » malgré une image négative, présente des avantages financiers considérables et recrute activement à travers tout le pays.

Les atouts du métier de technicien applicateur d'hygiène

Un salaire attractif avec un CAP

Le secteur de l'application d'hygiène offre un salaire mensuel avoisinant les 2 000 euros pour des candidats ne possédant qu'un Certificat d'Aptitude Professionnelle (CAP). Cette rémunération est remarquable dans un marché de travail où le niveau de diplôme joue encore un rôle primordial.

Une formation obligatoire mais rapide

Bien que les nouveaux recrutés doivent suivre une formation spécifique, nommée Certibiocide Nuisances, cette dernière ne dure que trois jours. Cette certification obligatoire permet aux candidats d'être rapidement opérationnels sur le terrain, facilitant ainsi leur intégration professionnelle.

Des opportunités partout en France

Les entreprises spécialisées dans la lutte contre les nuisibles sont en quête permanente de candidats à travers l'Hexagone. Malgré une demande croissante, elles peinent à attirer suffisamment de postulants en raison des stéréotypes négatifs associés à ce métier. Ce qui constitue une véritable aubaine pour les chercheurs d'emploi disposés à surmonter ces préjugés.

Changer la perception : De dératiseur à technicien conseiller

Efforts de promotion du métier

Pour lutter contre l'image négative rattachée au métier de « dératiseur, » des organismes comme le CS3D travaillent activement à promouvoir la profession. Cette organisation, regroupant 250 entreprises membres représentant 80% des acteurs de ce secteur en France, contribue largement à cette initiative. Leur mission inclut l'amélioration de la perception publique de ce travail indispensable mais souvent sous-estimé.

Lire aussi  2900 brut en net : Ca fait combien ?

Terminologie modernisée

Afin de revaloriser ce métier, le terme « technicien conseiller » tend à remplacer progressivement celui de « dératiseur. » Ce changement sémantique vise à rendre le poste plus attrayant et à souligner son aspect technique et consultatif, éloignant ainsi les connotations négatives associées aux nuisibles.

L'avenir du métier : Des perspectives prometteuses

Augmentation de la demande

Avec l'intensification des préoccupations sanitaires et environnementales, la demande pour des techniciens qualifiés va probablement augmenter. Les campagnes d'informations publiques concernant les normes d'hygiène et de sécurité contribuent également à accroître la reconnaissance de ce métier crucial.

Possibilités de carrière

Les techniciens applicateurs d'hygiène peuvent espérer des évolutions de carrière intéressantes. Avec de l'expérience, ils peuvent gravir les échelons vers des postes de management ou se spécialiser davantage dans des domaines spécifiques de la lutte antiparasitaire, ouvrant ainsi de nouvelles voies professionnelles.

Comment devenir technicien applicateur d'hygiène ?

Étapes nécessaires

  1. Obtention d'un CAP pertinent
  2. Suivi et validation de la formation Certibiocide Nuisances
  3. Candidature auprès des entreprises spécialisées dans la des nuisibles
  4. Démonstration de compétences et motivation durant l'entretien de recrutement

Compétences recherchées

Outre les qualifications académiques minimales, les employeurs recherchent plusieurs aptitudes chez les candidats :

  • Sens aigu de l'observation
  • Bonnes capacités de communication
  • Rigueur et précision
  • Autonomie et sens de l'organisation

Le métier de technicien applicateur d'hygiène offre une réelle opportunité pour ceux qui cherchent à entrer rapidement dans le monde professionnel avec un bon salaire, même avec un niveau académique modeste. En relevant le challenge de changer la perception publique et en accentuant sur les aspects techniques et consultatifs, cette profession pourrait bien bénéficier d'une reconnaissance accrue et attirer de nouveaux talents prêts à combattre les nuisibles pour garantir la santé publique et l'hygiène collective.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.