Ce radar arrive très bientôt sur les routes de France, avec une pluie d’amende à 135 à la clef

Dès le début de l'année 2024, un nouveau type de sera mis en service au bord des routes françaises. Contrairement à leurs prédécesseurs, ces radars de nouvelle génération auront pour mission principale d'améliorer le respect des voies réservées au covoiturage. Dans cet article, découvrez les caractéristiques de ces radars thermiques et comment ils devraient aider à réduire la congestion du trafic routier autour des zones urbaines et donc contribuer à diminuer les émissions de CO2.

Une innovation au service du covoiturage et de l'environnement

Les premiers radars destinés au contrôle de vitesse ont été installés il y a près de vingt ans en France, sur la Route Nationale 20 dans l'Essonne. Depuis, leur technologie n'a cessé d'évoluer, offrant dorénavant une palette de fonctions plus étendue que le simple contrôle de vitesse. Ainsi, en 2020, une première expérimentation a été lancée à Grenoble avec des voies réservées au covoiturage pour fluidifier le trafic et limiter les émissions polluantes. Malheureusement, malgré une signalisation spécifique (triangle blanc sur fond bleu ou losange blanc sur fond noir), les usagers ne semblent pas encore suffisamment sensibilisés à l'intérêt de ces voies dédiées. C'est là qu'intervient le nouveau radar thermique.

Comment fonctionnent ces radars ?

Les radars thermiques de nouvelle génération sont capables de détecter le nombre d'occupants à bord d'un véhicule, même derrière des vitres teintées. Ils pourront donc sanctionner ceux qui empruntent les voies réservées en étant seuls, sans respecter la réglementation en vigueur. Pour rappel, les voies réservées au covoiturage sont destinées aux véhicules transportant au moins deux personnes, aux véhicules électriques et à hydrogène (Crit'Air 0), ainsi qu'aux véhicules d'urgence, aux transports publics, aux taxis et aux motos avec deux passagers.

Lire aussi  "Si vous sortez, il est déjà trop tard" Cette nouvelle arnaque fait de plus en plus de victimes en France

Mise en place progressive sur le territoire français

  • A partir du mois prochain, deux nouveaux radars thermiques seront testés à Lyon sur les routes M6 et M7, dans les deux sens de circulation.
  • Le déploiement de ces radars devrait s'accélérer dans les grandes villes comme Lille, Strasbourg ou Paris, où des voies dédiées aux Jeux Olympiques vont être mises en place.
  • En cas d'infraction, les automobilistes s'exposent à une de 135 €, ramenée à 90 € si elle est réglée sous 15 jours.

Lutte contre les « faux » passagers : fini les mannequins !

L'une des particularités de ces nouveaux radars est leur capacité à détecter les éventuels subterfuges utilisés par certains automobilistes pour simuler la présence d'un passager, comme les mannequins. Les tentatives de devraient donc être rapidement sanctionnées.

Quel impact sur le trafic et l'environnement ?

La mise en place de ces radars thermiques vise à encourager davantage les conducteurs à opter pour le covoiturage ou des modes de transport moins polluants, afin de réduire la congestion routière autour des grandes zones urbaines. A terme, cet effort devrait contribuer à diminuer les émissions de CO2 et améliorer la qualité de l'air dans nos villes.

En conclusion, les nouveaux radars thermiques seront un outil précieux pour renforcer le respect des voies réservées au covoiturage et lutter contre la pollution. Il appartient désormais aux usagers de prendre leurs dispositions et de s'adapter à cette nouvelle réglementation pour ne pas se voir sanctionner par une amende salée dès le début de l'année 2024.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.