C’est le moment de dépenser l’argent présent sur votre CPF, voici pourquoi

Le Compte Personnel de Formation (CPF) va connaître des changements majeurs dans les prochaines années en . Les nouvelles dispositions de la loi de finances 2024 vont impacter la manière dont les formations sont financées, avec une mise à contribution systématique des individus souhaitant se former.

Les principales modifications apportées au modèle financier du CPF

Jusqu'à présent, les actifs pouvaient financer leurs formations qualifiantes ou certifiantes grâce aux droits acquis sous le CPF. Cependant, face à un usage incontrôlé du CPF et à un déficit estimé à 1 milliard d' pour France Compétences en 2024, il a été décidé de mettre en place une participation systématique des utilisateurs :

  • Contribution forfaitaire de 50 euros : selon Anne Keravel, directrice de projet chez l'organisme de formation Cegos, cette somme sera indépendante du coût total de la formation recherchée et du montant total acquis au titre du CPF.
  • Absence de la redevance restante : contrairement à ce qui avait été mentionné en mai 2023 par Bruno Le Maire, la charge représentant 30% du coût de la formation n'a finalement pas été retenue.

La prise en charge des coûts par les entreprises, les secteurs d'industrie et les régions

Dans certaines situations, les utilisateurs du CPF ne seront pas tenus de payer la contribution de 50 euros. Anne Keravel estime qu'il est fort probable que ces frais soient couverts par les entreprises ou, à défaut, par les branches professionnelles (Opco) voire les régions. Cette mesure pourrait aider à contenir la hausse des prix horaires moyens des formations, qui ont augmenté de plus de 60% entre 2020 et 2022.

Lire aussi  Carburant : Bruno Le Maire met fin aux espoirs des consommateurs sur une réduction à la pompe "Il n'y aura pas...

Les conséquences sur le marché de la formation et les acteurs concernés

Ces évolutions dans le financement du CPF engendrent des bouleversements au sein du marché de la formation :

  • Baisse de la demande : les cadres sont plus susceptibles de pouvoir contribuer aux coûts de leur formation, tandis que les ouvriers qualifiés peuvent bénéficier d'un cofinancement des Opco en raison de pénuries de main-d'œuvre. En revanche, Anne Keravel estime que ce sont les employés, techniciens et maîtrises qui risquent de voir leur demande diminuer, eux qui se forment principalement dans les domaines de la bureautique, des langues et de l'.
  • Instabilité du marché : selon Anne Keravel, ce secteur devrait connaître une fragilisation avec ces nouvelles dispositions légales.

Profiter des dernières semaines avant la mise en place de la réforme

En attendant la publication du décret d'application de cette réforme annoncée pour la fin du premier trimestre 2024, les salariés disposent encore de quelques semaines pour se former via leur CPF sans avoir à verser la contribution forfaitaire de 50 euros.

La loi de finances 2024 apporte des modifications conséquentes au modèle actuel du CPF en instaurant un système de participation systématique des utilisateurs dans le financement de leurs formations. Si certains voient en cette réforme une manière de responsabiliser les individus et de maîtriser les dépenses liées à la formation, d'autres s'inquiètent des conséquences sur la démocratisation de l'accès à la formation et sur les principaux acteurs concernés. Seule la mise en œuvre de ces nouvelles mesures permettra d'en mesurer réellement les impacts.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.