Face à l’inflation, Michel Edouard Leclerc (71 ans) à une bonne nouvelle à donner aux Français : « Il va y avoir une baisse sur…

leclerc-conseil-noel

L', qui pèse lourdement sur le pouvoir d'achat des Français, ne manque pas de se faire ressentir au moment des fêtes de Noël qui approche à grands pas. L'escalade des coûts, qui a débuté en début d'année dernière, pique au vif plus durement en période de fête. Michel-Edouard Leclerc, qui préside le comité stratégique des succursales E. Leclerc, a dévoilé au cours de la chronique  »22h max » diffusée sur BFMTV, ce mercredi, une information des plus pertinentes : approximativement « 40 % du stock de jouet » de son réseau de magasins bénéficieront d'une réduction de prix.

Notez bien, tous les jouets ne sont pas concernés

Lundi dernier, Michel-Edouard Leclerc avait révélé sur Info que les jouets de Noël feraient partie des produits, à l'instar du textile, dont les prix vont subir une baisse « environ de l'ordre de 2 à 3 % ». Il affirmait en effet que « Dans l'ensemble, tout ce qui n'est pas alimentaire et peu produit en France baissera considérablement. On assiste à une réelle diminution », avait-il affirmé au microphone de l'émission « 8h30 » de la même chaîne.

Lors de son échange avec BFMTV, le président du comité stratégique de E. Leclerc a apporté des détails complémentaires relativement à la diminution du coût des jouets. La baisse de 40 % concerne des articles baptisés « ordinaires », qui sont similaires d'année en année, sans prendre en considération les remises obtenues.

Avec une pointe d'ironie dans la voix, il nous signale que nos poches ne seront pas épargnées par l'ascension des droits de licence pour certains jouets associés à de grands films, prenez l'exemple de la célèbre poupée Barbie. Pourtant, malgré tout, il insiste : « Notre offre promotionnelle est loin d'être dégarnie » dans le monde de la distribution, n'allez pas vous méprendre.

Lire aussi  Combien faut-il gagner par mois pour bien vivre en France en 2023 ?

Pour le réveillon, le foie gras sera au rendez-vous et plus abordable qu'en 2022

Les festivités de fin d'année sont synonymes de repas copieux et de grands crus pour ceux qui peuvent se les offrir. Et comment envisager ces agapes sans le fameux foie gras et le pétillant champagne ? Selon les dires de Michel-Édouard Leclerc, « Non seulement, le prix sera plus doux, mais en plus, ce sera disponible ». Car, souvenez-vous, l'année précédente, les producteurs de foie gras avaient encaissé un sacré coup dû à la propagation de la grippe aviaire. « Pour faire face à la pénurie, nos fournisseurs ont trouvé des alternatives dans l'élevage d'oiseaux ukrainiens », nous explique-t-il. Maintenant, on ne peut pas rater la présence du saumon dans les rayons, du saumon qu'il qualifie de plus sûr cette fois-ci, grâce aux « normes de contrôle plus strictes » dues aux interventions des ONG.

Sur une note plus positive, ce magnat de l'industrie estime que l'« inflation devrait reculer » dans le secteur du « non-alimentaire ». Les produits  » peu fabriqués en France, comme le textile, ou d'autres marchandises importées, connaîtront une baisse de prix », du moins, c'est ce qu'il affirme.

Et chez les autres revendeurs, qu'en est-il ?

Michel-Edouard Leclerc n'a confirmé ces réductions que pour les établissements sous son enseigne. « Étant donné que nous nous surveillons mutuellement et que la concurrence entre nous est bien réelle, je suppose que d'autres distributeurs ont également appliqué ces baisses », a-t-il ajouté. Selon ses déclarations, cette politique tarifaire avantageuse a pu être mise en œuvre étant donné que ces jouets ont été acquis au début de l'année, donc en amont de la récente flambée d'inflation.

Lire aussi  Bonne nouvelle pour les automobilistes Français, le chèque carburant de 2024 sera offert à 6 millions de Français, y aurez-vous droit ?

De manière plus large, le dirigeant de E. Leclerc estime que l'inflation va s'atténuer dans les mois à venir. Les discussions entre l'industrie et les revendeurs ont été initiées par le . « Nous allons y aller avec la ferme intention de négocier des baisses, si celles-ci sont possibles », a déclaré Michel-Edouard Leclerc lundi, tout en misant pour l'heure uniquement sur un ralentissement général de l'inflation.

Philippe-dufrez
Philippe Durez etait dans une autre vie un professionnel du marketing basé en France. Il est actuellement directeur de la rédaction, dans le webzine La Semaine de Castres.