Google Bard : le défi de Google face aux exigences du régulateur européen

google bard europe

Le géant américain Google a dû reporter le lancement de son chatbot Bard propulsé par l'intelligence artificielle (IA) dans l'Union européenne suite aux inquiétudes exprimées par la principale autorité de régulation des données du bloc. La Commission irlandaise de protection des données, basée à Dublin et chargée de superviser les pratiques de Google en matière de protection des données, a soulevé des préoccupations concernant le respect du Règlement général sur la protection des données () par le chatbot.

Bard devra encore attendre pour être lancé en Europe

Les utilisateurs européens ne pourront pas encore profiter des fonctionnalités offertes par Bard, qui est actuellement disponible dans 180 pays depuis mai. Le lancement était initialement prévu cette semaine mais a repoussé suite à la demande de la Commission irlandaise de protection des données. Le régulateur a estimé que Google n'a pas fourni suffisamment d'informations pour assurer le respect des obligations imposées par le RGPD.

Les principales fonctionnalités de Bard

Annoncé lors de la conférence I/O du 10 mai, le module conversationnel de Google présente de nombreuses nouveautés :

  • Utilisation de PaLM 2, un modèle de langage de nouvelle génération avec des capacités de raisonnement et de codage améliorées.
  • Intégration d'images dans les réponses et les invites.
  • Génération de code dans différents langages de programmation, notamment C++, JavaScript et Python.
  • Intégration à l'écosystème de Google, y compris Gmail, YouTube et autres services.

Bard, un concurrent sérieux pour ChatGPT et Bing Chat

Avec ces fonctionnalités avancées, Google Bard se positionne comme un rival potentiel de ChatGPT, le chatbot développé par OpenAI, et de Bing . Néanmoins, le respect des exigences du RGPD est essentiel pour que le chatbot puisse être lancé en Europe.

Lire aussi  Steam Deck, la révolution du jeu portable pour les amateurs de PC

Les défis posés par l'intelligence artificielle et la protection des données personnelles

L'affaire Google Bard soulève une fois de plus la question de l'équilibre entre les avancées technologiques, notamment en matière d'intelligence artificielle, et la protection des données personnelles des utilisateurs. Les entreprises doivent veiller à ce que leurs innovations respectent les réglementations en vigueur afin de garantir la confiance des consommateurs.

Le RGPD : une priorité pour les entreprises opérant en Europe

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) impose aux entreprises traitant des données personnelles des résidents européens de respecter certaines obligations en matière de protection de la vie privée. Les enjeux sont importants, car les sanctions en cas de non-respect du RGPD peuvent être sévères, allant jusqu'à des amendes de plusieurs millions d'euros.

Vers une résolution des problèmes soulevés par la Commission irlandaise de protection des données ?

Il est encore trop tôt pour dire si Google parviendra à répondre aux préoccupations exprimées par la Commission irlandaise de protection des données et à lancer Bard en Europe. Néanmoins, cette situation met en évidence l'importance pour les entreprises technologiques de travailler en étroite collaboration avec les autorités régulatrices afin de respecter les exigences légales en matière de protection des données personnelles.

Un avenir incertain pour le lancement de Bard en Europe

En attendant une réponse satisfaisante de la part de Google concernant les inquiétudes liées au RGPD, les internautes européens devront patienter avant de pouvoir tester Bard. Si le géant américain parvient à convaincre les régulateurs, le chatbot pourrait rapidement devenir un acteur majeur sur le marché européen des assistants conversationnels propulsés par l'intelligence artificielle.

Philippe-dufrez
Philippe Durez etait dans une autre vie un professionnel du marketing basé en France. Il est actuellement directeur de la rédaction, dans le webzine La Semaine de Castres.