Il déménage au Maroc avec l’argent des allocations, un homme condamné à rembourser 28 892€ à la CAF

caf-arnaque

Dans le monde actuel où la au péage, le vol d'identité et le piratage sont monnaie courante, aucune limite ne semble arrêter ceux qui cherchent à accaparer l'argent d'autrui. Un homme de Cambrai(33004) en est l'exemple parfait, ayant condamné pour fraude s'élevant à près de 28,892 euros.

Un prétexte fallacieux pour justifier son séjour marocain

Cet homme de 38 ans avait délibérément fait une fausse déclaration afin de toucher indûment une allocation pour adulte handicapé. Ce montant frauduleux élevé l'a finalement contraint à rembourser les 28,892 euros à la Caisse d'Allocations Familiales (CAF).

Lors de son procès, cet individu a soutenu qu'il n'avait jamais eu l'intention de rester définitivement au Maroc, mais que des circonstances imprévues l'y ont forcé. Il a également prétendu qu'il n'était pas au courant de l'obligation de résider en France pour continuer à bénéficier de ces . Toutefois, selon l'avocat représentant la CAF, cet homme savait pertinemment qu'il ne remplissait plus les conditions nécessaires à l'attribution de cette prestation.

L'escroquerie était encore plus approfondie : il aurait même poussé sa mère à faire une fausse déclaration et à lui fournir un certificat de domiciliation.

Fraude sociale : un problème persistant dû à la durée du délit

  • Pour le procureur, l'intensité de cette fraude réside principalement dans sa longue durée et dans l'utilisation de fonds provenant des aides sociales. « Le problème est la durée de cette fraude impliquant de l'argent issu des prestations sociales », a-t-elle expliqué.
  • À l'issue du jugement, l'homme a été condamné à une peine probatoire suspendue de dix mois, étalée sur deux ans.
Lire aussi  Rentrée scolaire : Ce supermarché propose des réductions incroyable sur ces fournitures

Vers une politique plus stricte contre la fraude sociale

Afin de lutter contre ce type de comportements illégaux, le gouvernement a adopté depuis le 1er juillet dernier un protocole plus strict . Celui-ci stipule que les allocations et les aides sociales (à l'exception des pensions) doivent être versées sur des comptes domiciliés en France ou dans la zone SEPA, comme le rapporte Public Sénat.

Lutte contre la fraude : une priorité nationale

Il est essentiel que chaque citoyen soit responsable et respecte les règles en place concernant les aides sociales. Bien qu'un nombre limité de personnes commettent ce genre d'infractions, elles minent la crédibilité et la viabilité de notre système social, qui repose sur un principe fondateur fort : la solidarité.

Philippe-dufrez
Philippe Durez etait dans une autre vie un professionnel du marketing basé en France. Il est actuellement directeur de la rédaction, dans le webzine La Semaine de Castres.