Les nouveaux radars de covoiturage à vision thermique sont là, voici à quoi ils ressemblent

covoiturage

Le mardi précédent, la ville de Rennes a inauguré une nouvelle voie réservée au covoiturage. Cette initiative a pour objectif d'encourager les habitants à adopter cette pratique afin de réduire les embouteillages et minimiser l'empreinte carbone du transport urbain. Pour garantir le respect de ces restrictions, un nouveau type de radar a été installé sur cette voie express. Ce dispositif, développé par la société Pryntec, utilise une caméra thermique pour vérifier le nombre d'occupants dans chaque véhicule circulant sur la voie réservée.

Les avantages de la caméra thermique

L'utilisation de la technologie thermique présente plusieurs avantages pour ce genre d'application. En effet, contrairement aux classiques qui fonctionnent grâce à la lumière visible, la caméra thermique est capable de détecter la chaleur émise par les corps présents dans les véhicules, quelle que soit l'intensité lumineuse ou les conditions météorologiques. Cela signifie qu'elle peut opérer efficacement de jour comme de nuit, et sous tous les types de temps. Selon Pryntec, entreprise basée en Bourgogne, le taux d'erreur de ce dispositif est seulement de 1%, témoignant de son efficacité.

  • Véhicules légers transportant 2 personnes ou plus
  • Transports en commun
  • Véhicules des forces de l'ordre, services d'urgence et fourgons de la DIR Ouest

L'application dans d'autres villes françaises

Bien que Rennes soit la première ville à bénéficier de cette technologie innovante, d'autres agglomérations pourraient suivre cet exemple. À Lyon, la municipalité attend depuis plusieurs mois l'installation d'un radar similaire. Cependant, il est important de souligner que chaque infraction détectée par la caméra thermique doit être vérifiée par un agent assermenté avant d'être sanctionnée.

Perspectives futures pour le contrôle du covoiturage

Ce nouveau type de radar pourrait représenter une avancée majeure dans la lutte contre les comportements irrespectueux des voies réservées au covoiturage et aux transports en commun. En effet, si son efficacité se confirme sur le terrain, il pourrait encourager davantage de conducteurs à partager leur véhicule avec d'autres personnes et ainsi contribuer à la réduction des embouteillages et des émissions polluantes.

Lire aussi  Cet aéroport est le "pire d'Europe" et malheureusement, il est en France !

Fonctionnement et procédure en cas d'infraction

Le radar de covoiturage fonctionne en détectant la chaleur émise par les corps présents dans les véhicules circulant sur la voie réservée. Si la caméra thermique détermine qu'il y a moins de deux occupants dans un véhicule léger, elle enregistre automatiquement une infraction. Celle-ci est ensuite vérifiée par un agent assermenté pour éviter les erreurs et les fausses déclarations. En cas d'infraction confirmée, le conducteur fautif est passible d'une et d'un retrait de points sur son de conduire.

L'installation de ce radar de covoiturage à Rennes marque un pas en avant dans l'utilisation des technologies thermiques pour renforcer le respect des voies réservées. Si son efficacité se confirme dans la pratique, il pourrait bien contribuer à changer les comportements sur nos routes, favoriser le covoiturage et ainsi participer activement à la lutte contre les embouteillages et les émissions polluantes. D'autres villes françaises pourraient suivre cet exemple, offrant aux conducteurs un encouragement supplémentaire à partager leur véhicule et à adopter une démarche plus responsable en matière de transport urbain.

Florine-Malki
Florine Malki a une forte passion pour l'entrepreneuriat et elle est spécialisée dans la rédaction de contenus liés à l'entreprenariat, tels que des articles de blog, des livres blancs, des infographies et des études de cas. Elle est connue pour sa capacité à expliquer les concepts d'entrepreneuriat de manière simple et claire, et à transmettre ses connaissances à son public.