Comment fonctionne un ETF synthétique ?

etf synthetique

Dans le monde de l'investissement, les ETF (Exchange Traded Funds) ont pris une place majeure au cours des dernières années. Ces fonds permettent en effet d'accéder à une large diversité d'actifs et de stratégies d'investissement avec un niveau de risque généralement plus faible que les actions individuelles. Parmi eux, les ETF synthétiques se distinguent par leur de réplication particulier. Je vais vous expliquer ce qui caractérise ces produits financiers et comment ils fonctionnent.

Les ETF : rappel des principes de base

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il convient de faire un rapide rappel sur ce qu'est un ETF. Un ETF est un fonds d'investissement coté en bourse dont l'objectif est de répliquer la performance d'un indice de référence, appelé benchmark. Ce benchmark peut être composé d'actions, d'obligations, de matières premières ou d'autres types d'actifs. Pour atteindre cet objectif, l'ETF doit détenir, directement ou indirectement, les actifs qui composent son indice de référence.

Réplication physique et réplication synthétique

Il existe deux grandes méthodes pour répliquer un indice : la réplication physique et la réplication synthétique. La première consiste à acheter tous les actifs qui composent l'indice, en respectant leurs pondérations respectives. Cette méthode est simple et transparente, mais elle peut s'avérer coûteuse et difficile à mettre en œuvre pour certains indices.

La réplication synthétique, quant à elle, fait appel à des instruments financiers dérivés pour reproduire la performance de l'indice sans nécessairement acheter les actifs qui le composent. C'est précisément cette méthode qui est utilisée par les ETF synthétiques.

Lire aussi  Comment investir dans la pierre pour défiscaliser ?

Le fonctionnement d'un ETF synthétique

Un ETF synthétique ne détient pas directement les actifs qui composent son indice de référence. Il utilise plutôt des swaps, qui sont des contrats d'échange permettant de transférer les risques et les rendements entre deux parties.

Les swaps dans un ETF synthétique

Dans le cadre d'un ETF synthétique, le gestionnaire du fonds conclut un contrat de swap avec une contrepartie financière, généralement une d'investissement. Ce contrat prévoit que la contrepartie s'engage à verser au fonds la performance de l'indice de référence, en échange d'un paiement ou d'une performance sur un panier d'actifs détenus par l'ETF.

Cette méthode présente plusieurs avantages :

  • Elle permet d'accéder à des indices difficiles à répliquer physiquement, comme les indices comportant un grand nombre d'actions ou des actifs peu liquides.
  • Elle offre une meilleure diversification, car le fonds n'est pas exposé uniquement aux actifs de son indice de référence.
  • Elle permet de réduire les coûts de transaction et de gestion, car le fonds n'a pas besoin d'acheter ou de vendre régulièrement des actifs pour ajuster sa composition.

Néanmoins, cette méthode présente également des risques :

  • Le principal risque est celui de la contrepartie, qui peut ne pas être en mesure de tenir ses engagements dans le cadre du contrat de swap. Toutefois, ce risque est généralement limité par des mécanismes de garantie et de marge.
  • La réplication synthétique peut engendrer un écart de performance entre l'ETF et son indice de référence, appelé tracking error. Cet écart peut être plus important que dans le cas d'une réplication physique.
Lire aussi  LEP : Une très mauvaise nouvelle vient de tomber, le taux du livret d'épargne populaire pourrait chuter d'ici à 2024 !

Les dividendes dans un ETF synthétique

Un autre aspect important à prendre en compte lorsqu'on s'intéresse aux ETF synthétiques concerne le traitement des dividendes. Dans le cas d'un ETF à réplication physique, les dividendes versés par les entreprises sont généralement réinvestis dans le fonds ou distribués aux investisseurs sous forme de coupons.

Dans un ETF synthétique, les dividendes sont intégrés dans le contrat de swap. La contrepartie s'engage à verser au fonds une somme correspondant aux dividendes qui auraient perçus si les actifs avaient été détenus physiquement. Cette somme est ensuite utilisée pour acheter des parts supplémentaires de l'ETF ou pour payer des coupons aux investisseurs.

Comment choisir un ETF synthétique ?

Si vous envisagez d'investir dans un ETF synthétique, voici quelques critères à prendre en compte :

  1. La qualité de la contrepartie : privilégiez des établissements financiers solides et bien notés.
  2. Le niveau de garantie : assurez-vous que le contrat de swap comporte des mécanismes de garantie et de marge suffisants pour limiter les risques.
  3. Les frais : comparez les frais de gestion et les coûts de transaction entre différents ETF synthétiques ayant le même indice de référence.
  4. La performance : analysez l'historique de performance de l'ETF et son écart par rapport à son indice de référence.

En conclusion, les ETF synthétiques offrent une alternative intéressante aux ETF traditionnels pour accéder à certains indices ou bénéficier d'une meilleure diversification. Toutefois, ils présentent également des risques spécifiques liés à leur mode de réplication, qu'il convient de bien comprendre avant d'investir.

Philippe-dufrez
Philippe Durez etait dans une autre vie un professionnel du marketing basé en France. Il est actuellement directeur de la rédaction, dans le webzine La Semaine de Castres.