“Ces prix là, c’est plus possible…” Avec l’inflation, 1 femme sur 5 ne peut plus acheter ce produit pourtant indispensable

L' ne cesse de grignoter le pouvoir d'achat des Français, et un phénomène silencieux mais dévastateur prend de l'ampleur : la précarité hygiénique. Une étude menée par l'association Dons Solidaires révèle que cette problématique touche particulièrement les jeunes et les femmes, et impacte de plus en plus l'ensemble de la population française.

Les femmes et les jeunes en première ligne face à la précarité hygiénique

Pour les femmes et les jeunes, l'insécurité hygiénique n'est pas seulement synonyme d'inconfort ; elle rime avec une atteinte à leur dignité et à leur intégration sociale. Selon Dominique Besançon, responsable de l'association Dons Solidaires, 16 % des femmes ayant leurs règles ou un enfant menstrué à domicile déclarent être à court de produits hygiéniques par manque d'argent. Cette statistique, déjà préoccupante, a doublé depuis 2019 et cache des disparités encore plus grandes chez les jeunes femmes, où près d'une sur trois ne se procure plus de produits de protection hygiénique.

Plus généralement, cette renonciation aux besoins élémentaires conduit à un sentiment d'inconfort et d'évitement social, particulièrement prononcé chez les jeunes, qui peut même les décourager à sortir ou à assister à des rendez-vous professionnels.

50 % des Français réduisent leur consommation de produits d'hygiène

Au-delà des jeunes et des femmes, l'étude de Dons Solidaires met en lumière une tendance alarmante : la moitié des Français déclarent réduire leur consommation de produits d'hygiène, soit une hausse de 16 points par rapport à 2023. Cette diminution concerne des produits essentiels du quotidien comme les brosses à dents, la lessive, le papier toilette, le savon, les rasoirs, etc., et entraîne des stratégies d'évitement inquiétantes.

  • Plus d'une personne sur cinq a dû choisir entre acheter de la nourriture ou un produit d'hygiène, alerte Dominique Besançon.
  • Près de la moitié des parents indiquent désormais surveiller la consommation de gel douche de leurs .
  • Un tiers des personnes sondées prolonge l'utilisation de produits à usage unique pour des raisons budgétaires.
Lire aussi  L'IA, la Fed et d'autres facteurs ont alimenté le rallye haussier de 2023. Ce à quoi il faut s'attendre en 2024

Une situation qui risque de s'aggraver avec la hausse des prix

Ce phénomène est peu susceptible de diminuer compte tenu de l'augmentation des prix de plus de 34 % pour les produits de nettoyage et d'hygiène à partir du 1er mars 2024. Face à cette situation, plusieurs initiatives sont mises en place afin de venir en aide aux personnes concernées, notamment grâce aux dons de produits hygiéniques des particuliers et des entreprises ou encore la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques dans les établissements scolaires.

Des actions solidaires pour limiter les impacts

L'association Dons Solidaires, par exemple, collecte et redistribue des produits d'hygiène entre autres grâce aux dons des fabricants et partenaires et en collaboration avec des structures locales comme les Centres Communaux d'Action Social. Cette démarche vise à réduire l'impact de la précarité hygiénique sur le bien-être et la santé des personnes concernées.

Un appel à la responsabilité collective

Alors que cette problématique de l'inaccessibilité des produits d'hygiène ne cesse de s'amplifier en , il est essentiel que chacun prenne conscience de son rôle dans la lutte contre la précarité hygiénique. Les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens doivent travailler main dans la main pour venir en aide à toutes ces personnes touchées par cette situation.

Chaque geste compte : faire un don, participer à une opération de collecte ou tout simplement être attentif à son entourage et ses besoins sont autant de petits pas qui peuvent contribuer à réduire l'impact de la précarité hygiénique sur notre société.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.