Pour éviter de se faire flasher, ces automobilistes ont trouvé une solution (très) ingénieuse, mais totalement illégale

Avec le nombre croissant de et de caméras sur les routes, de nombreux conducteurs cherchent à éviter les amendes pour excès de vitesse. Pour cela, certains ont trouvé une astuce originale pour tenter d'éviter d'être pris en flagrant délit par ces dispositifs : vaporiser de la laque pour cheveux sur la plaque d'immatriculation.

La créativité des automobilistes

Les automobilistes recherchent toujours des moyens de contourner les sanctions liées à la circulation routière. Une astuce qui gagne rapidement en popularité consiste à appliquer de la laque pour cheveux sur la plaque d'immatriculation, pensant ainsi rendre cette dernière difficile à lire par les radars automatiques. Ils espèrent échapper aux contraventions en modifiant subtilement les caractères de l'immatriculation.

Effets sur la plaque d'immatriculation

Vaporiser de la laque sur la plaque d'immatriculation pourrait rendre celle-ci légèrement brillante ou floue, rendant potentiellement les caractères moins lisibles par les radars. Toutefois, il est important de noter que cette technique n'est pas garantie et suppose que la qualité des équipements utilisés par les forces de l'ordre ne puisse pas s'adapter à ces tentatives.

  • Des résultats incertains : Il est difficile de mesurer l'efficacité réelle de cette méthode. Cependant, il est probable que les caméras de haute qualité équipant les radars puissent composer avec ces astuces pour détecter les contrevenants.
  • Une pratique risquée : Il faut rappeler qu'en France, il est interdit de modifier ou altérer une plaque d'immatriculation. Cette pratique peut donc être considérée comme une infraction et entraîner des sanctions pénales, sans compter le risque de perdre des points sur son de conduire.
Lire aussi  "J'ai soulevé mon plancher et voici ce que j'ai trouvé en dessous" Le sol de cette femme abrite un véritable enfer

Les différents types de radars

Les automobilistes ont de plus en plus à se méfier sur nos routes avec l'évolution des technologies employées par les autorités. Les radars sont nombreux et disposent d'une large variété de capteurs pour repérer les différentes infractions au Code de la route. Voici quelques exemples :

  • Radar fixe : Ce type de radar est généralement installé au bord des routes dans un boîtier et prend des photos des véhicules en excès de vitesse.
  • Radar de tronçon : Ce dispositif mesure l'heure d'arrivée d'un véhicule entre deux points en utilisant des capteurs placés plusieurs kilomètres l'un de l'autre. Si la vitesse moyenne calculée dépasse la limite légale, un PV est automatiquement généré.
  • Radar mobile : Ils sont en général dissimulés dans un véhicule banalisé (, camionnette) et peuvent prendre en photo les conducteurs en excès de vitesse.
  • Radar autonome : Installé sur un trépied ou un support indépendant, ce type de radar mesure la vitesse des véhicules à l'aide de capteurs laser et prend des photos en cas d'infraction.

L'évolution des radars : place aux radars sonores

Au-delà des dispositifs mentionnés ci-dessus, les autorités investissent également dans de nouvelles technologies encore plus performantes pour assurer le respect du Code de la route, comme les radars sonores. Ces derniers permettent de détecter des niveaux de bruit excessifs émis par les véhicules et de sanctionner les conducteurs fautifs.

Conclusion : la sécurité routière avant tout

Même si l'idée de vaporiser de la laque pour cheveux sur une plaque d'immatriculation peut sembler ingénieuse et amusante pour certains automobilistes, il est essentiel de se rappeler que les règles de circulation existent pour protéger tous les usagers de la route. Au lieu de chercher des astuces pour éviter les sanctions, il serait plus judicieux de se conformer au Code de la route et de conduire prudemment.

Étudiante convaincue que sans communication le monde ne fonctionne pas, j'ai suivi un parcours de Communication et de Multimédia. Passionnée dans tous les domaines que j'exerce, je rédige pour la semaine de Castres sur plusieurs sujets.